Essais Scout Indian Bobber et Sixty

Dans le dernier billet nous vous avions raconté le monde désenchanté de BMW et des teutonnes efficaces mais sans joie.

Pour ne pas dépérir avec l’ami Iann nous avons continué notre périple vers la concession Indian Higway custom à Pontault combault. Là, changement de décor, on est plus cuir que métal et de l’accueil de technicien chez BMW on passe à celui bien plus chaleureux et décontracté en mode US.

Iann connait la marque et cette concession puisqu’il a chanté pour eux lors d’une soirée mais n’a jamais essayé leurs motos. Après 30 minutes de discussions à bâtons rompus nous voilà avec les clefs de deux scouts et un essai de longue durée.

Scout sixty pour Iann et Scout Bobber pour votre serviteur, on enfourche sans peine les deux bécanes avec une hauteur de selle typique bobber, c’est-à-dire basse pour ceux qui suivent. Les positions de conduite sont les mêmes, on est bas et les pieds en avant mais cependant bien calé ce qui nous permettra de faire de la borne sans souffrir du dos.

Nous sommes partis depuis 5 minutes quand on s’arrête à un feu rouge côte à côte et Iann relève son casque pour afficher un énorme sourire « c’est génial ! ». Nos deux motos sont équipées de pots qui chantent de belles mélodies, on peut faire confiance à Akra et Vances pour assurer de ce côté-là et dans les quelques tunnels pris lors du départ le chant des accélérations réjouit nos âmes !

Enfin nous voilà sur des motos vivantes qui donnent du plaisir, là on est vraiment dans une expérience sensorielle qui marque et non un simple moyen de transport. Chaque accélération se traduit par un bruit envoûtant et une bonne poussée de ces twins généreux.

Nous prenons les belles routes pour nous diriger vers Blandy les tours que le copain Eric Benoit de Betteraverie (non ce n’est pas un noble mais sa région 😉 m’a fait découvrir. Il fait beau et on enquille ces routes avec de grandes courbes sans trop regarder le compteur mais dans le gras du compte-tour et en sixième. Le bobber est un rail et autant je suis un poireau à basse vitesse autant j’adore enquiller ces virages poignée bien dans le coin mais peu à peu je vois Iann s’éloigner, ce qui me déçoit sur sa capacité Rock’n roll à moto :-).

Le plaisir de rouler sur ces machines est vraiment addictif, on finit tout de même par se poser au petit restaurant en face du château et en terrasse grâce au nouveau propriétaire qui se fait tout de même pourrir par sa femme d’être aussi gentil. En octobre normalement pas de terrasse !

Du coup on va avoir le droit à un défilé devant nos montures du jour avec de multiples questions entre l’entrée et le dessert, délicieux au passage. Ces motos attirent l’œil des motards comme des passants.

Nous repartons repus et pourtant rien n’y fait au lieu de rentrer directement à la concession on ne peut s’empêcher de prendre des détours pour profiter encore un peu de cette journée. On change de montures à ce moment et là je comprends que mon poto est toujours R’R mais que le comportement de la Sixty est différent, la belle a une tendance à dandiner légèrement du derrière au-dessus des 120 km/h qui rend plus prudent sur l’essorage de la poignée. En revanche Iann découvre les joies du missile Scout et me distance largement à son tour avant de s’arrêter et rechanger nos montures car il aime bien quand ça dandine lui 🙂

Retour enfin à la concession et nos bananes sont plus expressives que le meilleurs des comptes rendus.

J’aime vraiment cette gamme de chez Indian qui vient sur les terres des ex dyna et désormais Softail. Rude bataille sur ce secteur en perspective avec les nouveautés 2019 chez Indian et Harley que nous essaierons dès les températures supérieures à mon frigidaire.

 

Bonne année 2019 !!!

 

Une réflexion sur « Essais Scout Indian Bobber et Sixty »

  1. Ouai!!!!!!!! bon!!!! J’ai pas essayé le Bobber ni la Sixty, mais la Scout standard oui, avant mon achat du Bob et je n’en avais pas gardé un souvenir impérissable. Une bonne machine certe, mais sur laquelle je retrouvais des sensations déjà connues sur mes précédentes montures (japs, angaises) hormis la position de conduite. Mais elle m’a permis d’avoir la révélation lors de l’essai du Street Bob peu après.
    Regor13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.