De Paris à Grimaud en Harley : l’aventure de 6 riders et un poireau

Grimaud vous connaissez ? Coincé entre St Tropez et St Maxime mais surtout siège des Harleyistes de toute l’Europe chaque année au début du mois de mai. Et l’occasion de faire un joli trajet de Paris à Grimaud …

Quoi de mieux comme destination pour tester la dernière gamme Touring Harley. Bon la Route 66 vous me direz, mais en France c’est déjà une belle aventure. Laissez-moi donc vous présenter les riders et les motos de ce road trip.
Harley_street_glice_CVO

Les 7 mercenaires du ride

Gérard Staedelin Yellow ManLe Big boss, Gérard Staedelin

Patron de Harley France et meneur de notre troupe sur les routes variées de cet essai.

L’homme est d’une efficacité remarquable aussi bien dans ses trajectoires sur la route que dans son rôle de poisson Harley pilote sans GPS.

En revanche il déteste les stations à essence et est de nature optimiste sur les capacités d’autonomie des machines.

Signe particulier : roule sur Yellow man comme un frelon dopé !

Xavier Crépet Harley France

Mister cool, Xavier Crépet

Xavier est lui Responsable marketing chez Harley France.

Il a assuré le rôle de St Bernard tout au long du voyage.

Xavier sait faire preuve d’une bienveillance et d’un calme royal sans renier à ses notes d’humour indispensables vue l’équipée.

Signe particulier: Xavier est toujours à la recherche des clefs et des papiers de toutes les machines Harley 🙂

Alain SpiraL’artiste comique, Alain Spira

C’est clair, Alain ne peut rester plus de trois minutes sans sortir un bon mot ou une vacherie mais toujours avec tendresse.

On retrouve dans le style de conduite d’Alain l’audace dont il fait preuve dans les rues de Paris avec sa trottinette électrique.

Signe particulier : Alain est obsédé par les poignées chauffantes des Harley CVO !

Olivier PéretiéGentleman rider, Olivier Péretié

Olivier c’est la classe tout British, on le verrait plus rouler en Royal Enfield.

Mais reconnaissons que vu sa taille il préfère l’Electra.

Signe particulier : N’a jamais trop chaud et opte pour tenue de pluie à St Tropez

Jean-Philippe BarberotLe Schtroumf discret, Jean-Philippe Barberot

Jean-Philippe c’est le point d’équilibre de personnalités assez fortes par un calme et un sérieux rassurant et apaisant.

Un bon compagnon de route qui ne nécessite pas d’investir dans les bouchons d’oreille.

Signe particulier : A tendance à tester la solidarité du groupe pour relever 450 kg d’acier américain

Christophe BoulainMister Bullit, Christophe Boulain

Un sérieux client à moto ou à table en mode épicurien et recherche du meilleur.

Le grain de folie qui va bien et la verve en soutien pour des repas de groupe mémorables.

Signe particulier : Un appareil photo greffé à sa main et adepte du ça passait c’était beau

Vincent BerthelotLe poireau, Vincent Berthelot

Votre serviteur et rédacteur du jour.

Vierge de la conduite en touring avant ces rencontres traumatisantes et contaminé depuis.

Signe particulier : Le rire en stage 1

Le Road trip

Premier jour

Le premier jour Harley-Davidson crée les poignées chauffantes selon Saint Spira. Ce premier jour fut le déluge et nous avons échappé à la noyade grâce à une station-service en guise d’arche de Noé.

harley touring

Tout avait bien commencé avec les présentations très urbaines des participants, un plateau repas, un brief et le choix des motos. Bon là clairement moi qui trouvais déjà mon Dyna imposant après mon Sporster 883 R je me fie aux recommandations de Coach Xavier pour monter sur l’Electra de la mort super équipée car CVO avec les fameuses poignées chauffantes dont nous aurons l’occasion de reparler.

touring

Pour bien me faire comprendre que je ne suis pas sur le solex de mamie on peine à s’extraire d’embouteillages et je sens bien l’Electra comme le meneur dans notre couple surtout en dessous de 20 km/h. On est comme dans un fauteuil pullman qui peut prendre 200 km/h et des accélérations permettant de ne pas trop se poser de question quand on double mais un fauteuil pullman c’est pas pratique pour remonter les files de voiture…

Bon bref nous voilà sur l’autoroute et là le bonheur d’un vaisseau amiral pour cruiser en bénéficiant du régulateur de vitesse, du carénage et du pare-brise pour nous épargner d’être complètement trempé après quelques kilomètres. Tu rajoutes la musique, un écran digne d’un avion de chasse et tu te souviens des conseils de Gérard de ne pas trop tripoter ces boutons pendant que tu conduis après deux trois écarts.

Seulement voilà après la pluie, vient une alternance de grêle, de neige et des températures descendant vers 2 degrés. Moi qui avais prévu de faire le malin avec le jet et le masque californien je me retrouve comme un poisson rouge dans un aquarium que plus personne ne veut nettoyer. Au secours je ne vois plus que du gris, des flocons de neige, quelques lumières. Bon je descends à 90 j’enlève le masque, me planque derrière le pare-brise. Malin le poireau ! Sauf que le pare-brise se couvre de givre, de neige, de … Arghhh Warning et sortie express !

Je constate que le temps a de jolis effets sur mes compères dont certains jouent aux schtroumpfs farceurs avec les mains bleues. Je paie une tournée générale de chocolat dans une bonne ambiance de biker rebelle et là Gérard dont le sourire me rappelle celui d’Anthony Hopkins nous informe que ça va durer mais que les CVO ont des poignées chauffantes ! Ah ah ça tombe bien j’ai un CVO et quand on repart je savoure car on a beau être tough & rough des bonnes poignées chauffantes dans la tourmente ça réconforte un homme. Certains font déjà leur pleureuse car sur des montures plus frustres ils doivent se contenter de voir notre profonde béatitude à réchauffer l’un de nos organes les plus importants et sensibles.

troupe

On continue la partie de plaisir avec quelques départementales (bien différentes des bouts droits de la RN7) et une accalmie qui permettent de mesurer le souffle des bestiaux. Le 110 Screaming Eagle déjà essayé sur le Fat Boy S fait merveille sur l’Electra et dans des courbes avec visibilité.

On arrive à bon port avec l’ultime exercice de garer nos motos en épis dans une cour gravillonnée. Je suis aussi sur de moi que pour jouer les livreurs de pizza avec Joey Star mais je m’en sors. La décence et la fraternité biker me retiennent de décrire celui d’entre-nous qui soudain d’un cri déchirant appelle à l’aide pour relever son Road-Glide qui a pris un joli angle.

grimaud_trip_ll

Tout se termine bien et on prend possession de nos chambres ou l’on terminera tous dans un bain bouillant en mode yakuza afin d’embrayer sur une chouette soirée qui nous voit passer par les caves de la cuisine pour parvenir à notre table.

Ce premier repas sera comme tous les autres à la fois succulent (bon j’oublie le poisson saignant du 2ème jour) bien arrosé (le soir) et surtout bien animé. Le plaisir de se retrouver pour ce ride est évident avec pourtant certains d’entre nous qui pourraient être blasés vu les essais des véhicules les plus prestigieux dans le monde entier. Mais non ça raconte des anecdotes, des belles rencontres, ça s’envoie des bonnes vannes dans une vraie chaleur humaine avec un fin qui sent bon la fraternité.

Je vends du rêve là hein ? Alors suivez le prochain épisode du ride avec la découverte des virages par un poireau.

4 réflexions sur « De Paris à Grimaud en Harley : l’aventure de 6 riders et un poireau »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.