Alpine A110 , le bijou de chez Renault sport !

La Alpine 110 c’est une histoire française du sport automobile et Renault a eu l’idée folle de dire à des designer imaginez l’Alpine en 2020 comme si elle n’avait jamais cessé d’être produite. Le résultat est bluffant tant sur le style que sur les sensations à son bord.

L’Alpine 110 est une touche d’élégance qui préfère la légèreté à la course à la puissance ce qui lui permet de subir une eco-taxe de moins de 1 000 € là où les Mustangs se font assassiner.

Grace à Corentin Conseiller Commercial dédié à alpine j’ai pu découvrir les secret de cette voiture et la découvrir sur route .

Saviez-vous que le capot de l’Alpine cache une ancre Marine en hommage à Dieppe car  ce modèle de sport de la marque est construit ici depuis 1955 ?

Alpine A110 et son Ancre 🙂

La voiture est racée et son design épuré soutient la comparaison avec Porsche et sa Cayman.

Sur le papier son 4 cylindres turbo de 1,8 litre d’origine Nissan ne propose « que » 252 chevaux pour 320 Nm de couple par rapport aux 350 chevaux d’une Cayman et laisse songeur… Seulement avec son châssis en aluminium l’Alpine est un poids plume qui rend plus de 300 kilos à sa concurrente et cette légèreté rend le moteur pétillant. Si il vous en manque encore alors passez à la version S qui elle gagne 40 chevaux et vous permet de vous approcher des 300 chevaux.

On se glisse dans cette voiture avec un plaisir évident quand on voit les sièges baquets et le confort comme le maintien ne déçoivent pas. Je précise que j’ai essayé la A110 Légende qui est la version GT car la Alpine c’est aussi la Pure qui colle à l’esprit roots avec des sièges baquet…non réglable et la S qui a une suspension plus rigide.

A noter la différence de son ressenti entre le passager et le pilote quand aux vocalises du moteur. Elles sont bien plus présente pour le pilote qui profite d’une acoustiques travaillée afin d’amplifier la sonorité de ce petit bloc rageur.

Vous pouvez opter pour une conduite automatique ou avec les palettes au volant grâce à un bouton sur la console du milieu et le mode sport est lui confié au bouton rouge sur le volant 🙂

Sur cet essai de 30 minutes uniquement sur départementales j’ai tout de même plu apprécier la polyvalence de cette Alpine Légende qui même sur route dégradée ne vous chahute pas trop et surtout ne vous envoie rien comme retour négatif dans le volant.

En mode normal on cruise , en mode sport c’est addictif tellement la voiture se comporte sainement , accélère TRES fort et reste cependant facile à exploiter. On a tendance à abuser des palettes pour entendre le double embrayage lorsque l’on rentre un rapport pour relancer la bête.

Parfaite cette Alpine ? Pour le coeur oui, pour la raison j’ai cherché vainement une boite à gants ou des vides poches , si vous avez un espace juste en-dessous de la console centrale. Oubliez toute velléité de partir avec des valises , ce sera léger et sac souple car les coffres à l’avant comme à l’arrière ressemble plus à une boite à gant de Bentley qu’à un coffre.

Dernier petit bémol, le compteur digital pour ma part je trouve plus classe un compteur traditionnel.

Vous pourrez choisir entre de multiples coloris mais attentions ceux en dehors des couleurs basiques sont à série limitée !

Vraiment cela a été un joli coup de coeur et je remercie Corentin, Conseiller commercial Alpine Val d’Europe, attentionné et passionné pour m’avoir permis de renter dans l’univers des passionnés de l’Alpine 110.

Comptez 6 mois de délaisi vous craquez pour elle !

Les premiers essais de la Panamerica 1250 S

Alors bien sur nous qui n’avions vu que les films promos de la marque nous étions avides de voir enfin les premières image de cette Panamerica sur la route et la Thaïlande a ouvert le bal, suivi de l’Allemagne.

Et c’est bien de ce pays que vient la meilleure vidéo (en anglais), la plus précise et objective ainsi que l’article qui la complète (traduction google automatique) afin de se faire une idée plus précise du comportement de cette toute nouvelle Harley-davidson.

En bref notre essayeur donne un 9/10 à cette panamerica qui se permet de venir sur les terres des trails de référence dans cette catégorie avec la BMW GS en tête bien entendu.

Pour les plus patients ils attendront de l’essayer voire la prochaine version qui pourrait être encore meilleure sur certains points mais pour les plus impatients, aventuriers ou inconscients qui ont déjà signé le bon de commande, il seront heureux d’apprendre que cette moto est bien née !

La bête se permet de prendre 225 kmh sur l’autoroute allemande et de se comporter honorablement en mode trail même si elle semble plus à l’aise dans les chemins roulants que les sentiers de mulets, elle se plie à l’exercice avec une bonne note.

Le pilote de testmotor est moins convaincu par la hauteur adaptative qui n’est pas complètement paramétrable et par le travail de l’injection dans la relance en virage mais conclu en saluant l’arrivée de Harley avec brio sur ce secteur des gros trails routiers.

Alors bien entendu même si sa gueule reprend un peu celle du Road Glide, nombre de copains regarderont avec consternation, énervement, apitoiement ma nouvelle monture mais je kiff cette bécane et fais le pari que nous verrons de plus de Panamerica sur la route au fil du temps et que ce modèle deviendra la GS de Harley-Davidson 🙂

Tout savoir sur la Panamerica 1250 S

En attendant le démarrage des essais presse en France de la toute nouvelle Panamerica 1250 qui incarne la politique de désirabilité de Harley nous avons concocté pour vous un choix de vidéo qui vous permettrons de vous faire une bonne idée de la bête et en quoi elle est révolutionnaire comme son moteur !

MAJ 28/03

Essai de la Panamerica à chiang-Mai, l’essayeur confirme que la puissance de cette harley n’est pas « habituelle » avec l’essai en mode sport, que la selle cale bien, qu’il est facile de piloter debout la moto.

Le moteur chauffe légèrement du côté droit mais rien de désagréable.

Il dit que l’impression est d’avoir une moto imposante mais pas lourde et lui aussi se réjouit d’avoir la langue thai dans les setting pour ceux qui n’y comprennent rien 😉

Une vidéo…Française !

Pour la première vidéo honneur aux français avec MATT Adventure dont la vidéo punchy est pleine d’infos et même salué par les gens de la MOCO.

https://youtu.be/3oY-VL9jR5w

 

Une vidéo des US

La seconde vidéo nous emmène aux US  et encore avec Matt mais Matt Laidlaw   

Matt est un concessionnaire Harley et a fait un super job avec cette vidéo qui permet de voir en détails par exemple te tableau de bord , les modes de conduites (pluie, sport, tout-terrain, ordinaire), les caractéristiques de la moto en vidéo avec mise en avant sur la vidéo des pièces ou éléments concernés. C’est très instructif et très détaillé et pour les amoureux de la mécanique tout un passage sur le fonctionnement particulier de ce moteur.

https://youtu.be/7ri6jNNu5cA

Une vidéo de Thaïlande sur la route !

Une partie de la production Harley est fabriqué en Thaïlande et c’est la seule vidéo qui nous permet de voir un essai sur la route de la Panamerica 1250 S
PORJAI RIDER n’y va pas avec le dos de la cuillère et il est en mode je rince la poignée et je pousse des whaouuu !
Même si vous ne parlez pas thai c’est la vidéo là plus naturelle et qui vous permettra d’être en mode immersif pendant quelques minutes sur la Panamerica 🙂

https://youtu.be/A2XQFUJ_ZGE

Voila j’espère que cette courte sélection , mais de qualité comme les café M.., va vous permettre de découvrir cette moto et pour les autres de patienter avant les essais en France.

Pour tout dire on est dans les startingBlock chez Broaam 🙂

Choisir la Panamerica : La raison ou la trahison ?

Il n’est pas un jour sans que le nouveau modèle de Harley-Davidson ne soit décrié sur les réseaux sociaux comme étant la fin de la marque, un reniement de son esprit, une trahison .

La Panemerica après la livewire fait craquer les amoureux de la marque qui ne jurent que par le carbu et les stages de 1 à 4.

En fait toute la gamme évolue et il sera de plus en plus difficile de toucher aux parties moteurs vu les nouvelles réglementations et le contrôle technique en vue.

Alors les purs resteront avec leurs anciens modèles dans une nostalgie partagée du bon vieux temps de la bidouille, aftermarket, customisation maison des Harley et c’est vrai que le son Harley que l’on a sur ses machines reste inimitable et envoûtant.

Je dois pourtant l’avouer la roue a tourné et je suis prêt à remplacer mon Dyna Street bob par le destrier du diable : La panamerica S !

MY21 Pan America Photography. Beauty

Pour quelles raisons ?

Les ballades en île de France pour faire broaam broaam entre deux bouchons c’est plus mon truc

Partir en roadtrip avec une Harley comme la mienne bien sur que c’est possible mais c’est se prendre le vent dans la quiche, arrimer ses bagages comme on peut et être limité par le revêtement des routes.  Je me souviens de mise à l’équerre à 80 kmh sur routes mouillées…

On a en a fait des bornes et des roadtrips avec le street-bob et j’ai eu la banane  au guidon avec des moments de partage de superbes routes en France entre copains.

Mais bon faut bien l’avouer, là ou avant le moindre rayon de soleil me voyait sortir le Street-bob, là il reste sagement au garage attendant un éventuel roadtrip sans que cela ne me manque vraiment.

Work less Ride More

Il faut dire qu’ y a plus joueur et plus léger ailleurs comme chez Indian pour des sorties se limitant à une journée, soit il y a les trails tellement faciles et sympa comme le Vstrom pour partir à l’aventure au bout de la rue ou de l’Europe

Alors oui j’attends avec impatiente l’essai de la Panamerica, je n’en suis pas encore à signer le bon de commande les yeux fermés mais cette moto réveille en moi l’envie de rouler, de redécouvrir différemment la route avec une partie cycle et un moteur à la hauteur de toutes les envies d’évasion.

Alors bien sur le kiff serait de pouvoir avoir un Dyna Low rider S pour les ballades musclées le WE, une BMWR18 pour faire les bords de Loire et une Panamerica pour le désert des bardenas mais ça je pourrai le faire lors des essais pour broaam et je choisirai donc comme nouveau destrier la plus polyvalente.

Alors au final sur le papier c’est la raison qui m’amène à m’orienter vers la Panamerica mais aussi la passion de la marque et suivre son évolution car ce type de moto existe chez BMW par exemple sans éveiller chez moi la moindre envie. Harley-Davidson reste une marque à laquelle je suis attaché sans me sentir prisonnier des modèles historiques et iconiques.
essai Harley Street Glide 107

La route reste juge de notre passion et j’espère continuer à la partager avec mes potes de nouveau bientôt !

Dédicace au rollex et nuit à la belle étoile ;-)

La Pan America est taillée comme Jason Momoa !

En tout cas c’est bien le message que tiens à nous faire passer la Moco avec la sortie de son film ce lundi 22 février sur leur tout nouveau modèle et premier trail : La PAN AMERICA.

I am the Pan-America, I am the Harley-Davidson…

Ce qui était intéressant dans ce film promotionnel c’est le souci de la marque Harley-Davidson de rappeler que la moto tout-terrain, offroad, est dans leur ADN.

En effet Harley en tant que premier constructeur avec Indian aux USA a sorti des motos quand on voyageait encore à cheval et que les routes ne permettaient guère de faire plus de 50 km par jour.

« Lors de sa création, il y a plus d’un siècle, alors que de nombreuses routes n’étaient encore que
dessentiers de terre, Harley-Davidson rimait avec aventure. Je suis donc trèsfier de présenter Pan
America comme la moto Touring Adventure conçue et fabriquée en Amérique» déclare Jochen
Zeitz, Président directeur général d’Harley-Davidson.

Les harley-davidson ont même combattu durant la première puis la seconde guerre mondiale avec des modèles renforcés pour suivre les jeeps. Elles étaient basées sur un modèle civil existant, la WL du type 45 solo et oui pas de big twin alors. On lui donna le surnom de « Liberator » et à la fin de la guerre ces motos se transformèrent en bobber !

la baja 1000, course mythique aux US a vu des petites harley de 125 s’élancer ainsi que les XR750  mais c’est en 1986 que des doux dingues préparèrent un sportster 1100 pour cette course réputée comme l’une des plus dures du Monde avec le son mythique grâce à des échappements bassani sur mesure !

Les autres concurrents sur des BMW,   Husqvarnas se foutaient des gars au départ leur prédisant une fin rapide. La Comet qui devait juste illuminer un moment cette course termina quatrième !

Alors bien sur Harley a quitté ce domaine au profit des modèles pouvant cruiser sur les  higway qui se développaient mais la marque veut nous assurer que cet esprit de faire une moto capable de tout est bien dans leurs gênes

« The bike could do everything »

La MOCO nous promet une moto légère, puissante, avec des suspensions adaptées qui au passage redescendent automatiquement à l’arrêt et permettra aux plus petits pilotes de toucher plus facilement pied par terre.

Ce système de suspension révolutionnaire fait automatiquement passer la moto d’une position basse à l’arrêt à une hauteur de conduite optimale lorsque la moto est en mouvement.
Le système permet au pilote d’enfourcher le modèle Pan America 1250 Special avec facilité et de poser le pied au le sol en toute confiance lors de l’arrêt, en abaissant la hauteur du siège de 2,5 à 5 cm (en fonction de la précharge arrière automatiquement sélectionnée, ce qui détermine la garde au sol lorsque la moto est en mouvement).

La hauteur de selle à vide est de 32,7 pouces en position basse et de 33,7 pouces en position haute.
L’ARH maintient toutes les caractéristiques de la suspension avant et arrière semi-active. ARH ne compromet pas la course de la suspension – la course complète est toujours maintenue – et ne compromet pas l’angle d’inclinaison, la garde au sol ou la qualité de pilotage.
o Il existe trois sous-modes de hauteur de conduite adaptative sélectionnables :
Automatique : le système détermine la vitesse à laquelle la suspension doit être abaissée en fonction de l’agressivité du freinage, ce qui permet de l’abaisser
complètement lorsque la moto s’arrête.
Délai court et délai long : l’abaissement s’enclenche une foisla moto à l’arrêt, de sorte que la hauteur de conduite est maintenue à son maximum lorsque la moto roule à faible vitesse, comme lors de l’arrivée sur un parking.
Verrouillage : le système de hauteur de caisse adaptative maintiendra toujours la garde au sol normale et ne s’abaissera pas à l’arrêt. Ce mode peut être sélectionné par un motard de grande taille qui n’a pas besoin de la hauteur de conduite adaptative pour poser les pieds à plat à l’arrêt, ou pour la conduite off-road lorsque la garde ausol maximale est souhaitable à basse vitesse

Une cartographie modifiable en route comme c’est désormais la norme sur les nouveaux trails est au programme.
Cinq modes sont disponibles
sur le modèle de base (4 sont préprogrammés et 1 peut être personnalisé). Le modèle Pan America™ 1250 Special dispose de deux modes supplémentaires qui peuvent être personnalisés par le propriétaire

MY21 Pan America Photography. Beauty
MY21 Pan America Photography

Il y aura bien entendu une ligne de vêtements et accessoires pour coller a ce nouvel univers en collaboration avec Rev’it un spécialiste de ce type de vêtements techniques.

Il manquait bien entendu le témoignage de pilotes lambda pour sortir du schéma d’un film promotionnel ou tout est beau mais sincèrement les images donnent envie de se coltiner les Bardenas en Espagne  à son guidon !


 

 

 

 

 

La Pan America 1250 démarre à 15.990 euros et 18.290 euros pour la spéciale  sans les options qui sont…nombreuses.

Le film Harley
L’histoire de la comet Harley à la Baja

 

La rentrée des Big Twin Harley-Davidson 2021…Enfin un street-bob qui déménage !

On attendait un peu de renouvellement de la gamme et 2021 semble être un bon cru chez Harley-Davidson on vous dit pourquoi dans ces quelques lignes et surtout photos.

Le modèle qui nous emballe c’est le digne héritier de nos bons vieux Street bob :  Le nouveau modèle Street Bob 114 nous refait le coup de la première low rider S, un style cool, minimaliste avec un moteur qui  envoie du lourd et ça on aime !

  • Moteur avec entre 10 et 13 % plus puissant à l’accélération que le 107
  • Suspension qui permet de l’exploiter
  • Un phare qui éclaire avec ses leds
  • Un poids qui passe en dessous de la barre des 300 kilos

mais… petit réservoir de moins de 14 litres ce qui va permettre de faire des pauses environ tous les 250-280 km…

 

 

Chose inédite sur le street bob, Harley-Davidson propose pour cette version et d’origine le pouf et les repose-pieds pour emmener… une pouf ou une déesse, elle est pas belle la vie en Big Twin ?

Reste à faire la comparaison avec le Low rider S car sur le papier ce nouveau street bob semble cannibaliser la S avec une différence de près de 4 000 € entre les deux modèles.

En tout cas c’est un sacré prix d’appel pour une telle machine à sensation qui revient vers un style brut de décoffrage qui plaira à beaucoup et pour les autres on vous parlera des plus gros modèles et CVO bientôt 😉

Voila rapidement ce qui nous a marqué dans cette rentrée et l’on vous parlera tranquillement du reste mais en tant qu’amoureux du Street bob on est très heureux de cette nouvelle version bien énervée avec une peinture qui claque et un style pur bobber qui nous réjouit !

Allez 2021 ne sera peut-être pas une horribilis annus 🙂

 

 

Bonne année 2020 les Broaamers :-)

Que vous soyez en Harley, Indian ou motos à deux roues je vous souhaite de superbes routes, ballades, rencontres découvertes, émotions, amour avec votre bécane et pour les plus en manque avec tout ce qui bouge qui rampe et qui vole sur terre. La faim des confinés célibataires du 3 ème confinement on sait que ça été dur !

Comme je suis grand prince je souhaite à ceux qui font Broaaam aussi en voiture, Mustang, Camaro, Charger… de préférence, des gros burns , le bruit du V8 et les cheveux dans le vent.

J’espère cette année pouvoir rouler plus et venir à la rencontre des copains dans la France entière quand ce ne sera pas des roadtrips comme seul France Street bob sait en faire depuis plus de 10 ans et que grâce soit rendu au dictateur chauve de Bully, NHS, qui est à l’origine de ce forum hors norme.

Tiens j’ai une macronite aigue alors je citerai sans être exhaustif donc ne m’en voulez pas les prénoms des copains qui ont compté pour moi cette année, La cohorte des Eric mes anges-gardien, J2M Mister cool, Nava mon coach vestimentaire, Bourdil ma boussole en cuisine, Val ou le Bescherelle en folie et en mascara qui traîne en escadrille avec Claire ou en espadrille , Laurent trop loin comme le noble Stax, Tonton et l’affreux Vince,  Fred la classe à caillasse et les rolex qui brillent tous encore, Nicopec plus fou que moi, Theo le torero, Linlin et giselle mes arrrrtistes, Streeter de bonne humeur, Pierrot qui me fait penser que je sais conduire, les gars de BZH, les cool du Club style crew (donc les vieux :-)) bon j’arrête et pardonnez moi ceux qui ne sont pas cités vous aurez un bière car tout de même vous ne m’avez même pas filé de césar ou d’oscar !

Au programme 2021 pour broaam et votre serviteur des essais dont la BMW R18 et la Pan america bien sur mais aussi la classique Low rider S ou d’autres bécanes d’autres univers. Un roadtrip en enduro dans le désert des bardenas me plairait bien aussi avec les copains et enfin remonter le projet de Roadtrip en Thaïlande.

Nouveauté aussi on prévoit avec Jack co-directeur de la publication et Rédacteur en chef du magazine Rétro Passion Automobiles de vous faire découvrir des voitures mythiques

N’oubliez pas la vie est courte alors que le temps que l’on passe ici essayons de répondre avec panache aux anciens qui nous disaient déjà : CARPE DIEM !

 

 

La Thaïlande : des roadtrips aux pièces aftermarket, découvrez le portrait de Thibaut

Thibaut tu vis en Thaïlande depuis 5 ans et tu travailles dans le commerce du bois mais par passion tu as lancé une seconde activité : des pièces aftermarket pour les Harley. On est bien curieux de comprendre un peu ton parcours et savoir comment tu en est venu à développer différents produits et lesquels .

– Cela vient sûrement du fait de vouloir tout faire par moi même, j’aime confectionner des choses et les installer sur ma bécane pour avoir une certaine fierté à rouler sur une bécane unique.

Quand la fabrication de certaines pièces demande trop de savoir faire ou d’avoir l’outillage approprié je passe par des pros comme pour les selles et les fairings fxr, mais tout est dessiné ou étudié par mes soins au préalable.

Ton produit phare semble être les selles sur mesure et avec un look qui séduit en particulier ceux qui ont penché du côté obscur du Clubstyle (dont nous avons déjà parlé sur Broaam). Il me semble que toi même d’ailleurs tu roules sur une Harley modifié dans ce style.

– C’est exact je roule actuellement avec une dyna low rider de 2013 modifiée club style, qui à été refaite 2 fois déjà en 1 an et qui va changer de look l’an prochain, je crois que ma femme a raison je suis un éternel insatisfait 🙂

Tu as la chances d’être vers chiang-Mai où il y a de très belles routes alors tu roules quotidiennement sur ta Harley ou seulement pour des ballades, roadtrips ?

-Disons que quand j’ai un moment je la prend pour décompresser mais la plus part du temps je la sort pour des long trips .

Quels sont les joies mais aussi les dangers de rouler en bécane en Thailande? (tu peux parler des paysages, climat et des potes thai)

La Thaïlande est connue pour être le pays le plus meurtrier sur les routes et 70 % des accidents concernent des moto alors je pense toujours a embrasser ma famille avant de prendre la route . Hors des highway et dans le nord de la Thaïlande les routes de montagnes sont superbes et proposent pour les plus aguerris des courbes à en arracher le pot d’échappements, d’où le rehaussement des suspension et du pot de ma bécane.

Quel est le dernier gros raodtrip que tu as réalisé ?

De Chiang-Mai (Nord de la Thaïlande)  à Chaam ( Petchaburi situé au sud de Bangkok ) 1700 km en 3 jours pour participer à l’événement DFFD on the beach, événement spécial pour les fans de Club style .

Elles ont un look dingue et tout est permis en option semble-t-il mais peux tu détailler ce que tu proposes et grâce à quel savoir faire sur place tu assures une qualité sans failles ?

Selles, carénages fxr, bras oscillant et risers entre autre. Bien évidemment je n’ai pas tous développé seul, il m’aura fallu m’entourer de personne ayant des connaissances plus approfondie des Harley et aussi trouver des professionnels de qualité, puis tester tous les produits sur de nombreux kilomètres avant de les commercialiser.


Alors Tibo on va te demander un coup de main pour la transformation de notre placide Dyna edition spéciale de 2013 en Clubstyle et en commençant par la selle. Que nous conseillerais-tu comme coloris, couleur des surpiqûres, broderie… A toi de jouer sans exploser notre budget !

Clairement je dirais un mixte de deux couleur pour les surpiqûres, bordeaux pour le rappel des jantes et bleu foncé pour le rappel de la magnifique carrosserie bleu chine, diamants sur le dossier et l’assise pilote. J’imagine bien aussi des parties plus texturées avec un effet carbone sur les parties latérales et l’assise passager. Il faut prévoir un budget de moins de 400 euro ( avec livraison )

 

Thibaut quel sont les prochains projets moto si tu continues aussi fort que ce premier lancement ?

– Je suis actuellement sur un projets de shop en ligne qui réunit plusieurs des meilleurs marque Thaï de pièces destinées au custom club style et à la performance Harley et je continue à développer mes propres pièces qui seront aussi disponibles dans mon shop . FB@performanceandcustom

Chok Di Khrap !

CSC : L’âme du Clubstyle

J’ai écrit un billet sur la transformation d’un bon M8 en clubstyle sur broaam et cela m’a permis de découvrir cette tendance particulière de transformer des Harley-Davidson en bécane rageuse et agile. J’ai poursuivi cette découverte en particulier avec le groupe facebook ClubStyle Crew  qui est très actif et je tenais à partager leur vision et leurs  projets car c’est une belle bande de passionnés.

 

Ce groupe est né quand et avec quel objectif ?

Le groupe est né en mars 2020 avec 3 potes amoureux du CS (Thomas, Bastien et benjamin) Dans l’objectif de réunir les passionnés du CS en France et partager notre passion car c’est actuellement encore une niche en France


Vous avez décliné votre présence sur insta et vu le nombre de publications par jour ça demande un sacré boulot de CM, comment vous-vous êtes arrangé pour assurer que cela ne dérive pas, ne se querelle pas trop et garde une bonne énergie ?

Pour la gestion du groupe et du compte insta,  des le début nous avons recruté des experts des réseaux sociaux amoureux du CS qui alimentent, veillent et construisent l’avenir de ceux ci avec nous, ce qui nous permet d’avoir un contrôle optimal sur tous les plans et également une diffusion maximum sur les réseaux. Nous discutons chaque jour tous ensemble sur tous les sujets , problèmes, idées et prenons des décisions communes.

L’importance de n’avoir aucune étiquette et d’accepter tous le monde de divers horizons est primordial pour nous : la personne prédomine sur la fonction/appartenance.

Ce qui m’a frappé aussi dans ce groupe c’est le nombre de projets concernant les transformations des bécanes, la fabrication de nouvelles pièces adaptées à la transformation d’une H-D en clubstyle. 

Nous essayons de créer ce que les Américains ont créé pour le CS  tout en développant une identité propre et française avec des coûts réduits pour pouvoir satisfaire le plus grand nombre et afficher la fierté de faire partie du crew

L’idée du clubstyle et avant tous d’avoir une machine performante et confortable . Une phrase américaine dit

« Conduit la comme si tu l’avais volé ».

Pots 2 en 1 , cartographie, filtre haut débit, fairing (pas obligatoire) et nous essayons de passer par des shops français ou francophone pour garder le maximum de cohérence sur le fait de travailler avec du français même si parfois tout n’est pas possible.

De plus nous avons créé des partenariats avec certains shop comme hot rod garage qui nous remise les pièces et le service atelier et nous fournissent des conseils de qualité avec une réactivité exemplaire
.
Forcément le mouvement étant moins ancien en France que d’autres styles l’évolution est encore limitée, nous marchons dans les traces des américains avec la quantité de fabriquant spécialiste CS en moins car beaucoup de petit shop US n’importent pas les pièces que l’on recherche.

Nous espérons qu’avec le temps l’Europe deviendra un marché intéressant pour eux et qu’ils se décideront de distribuer en Europe un jour , c’est une des raison pour lequel on se bat pour faire avancer et connaître ce style dans nos frontières.

Le clubstyle a de beaux jours a venir en France

Merci les gars et bonne route !

 

La Pan America de Harley : un futur Best Seller !

Alors aujourd’hui chez Harley-Davidson Borie j’ai enfin pu découvrir le nouveau projet de Harley, La Pan America, un trail de 1250 cc et plus de 140 chevaux !

Ne tournons pas autour du pot, je pense que cette bécane peut marquer le renouveau de la marque et lui permettre de trouver enfin une nouvelle clientèle.

Bien sur certains déjà la juge laide, indigne d’être une Harley, japonisante et je ne sais quoi encore. Alors oui visuellement une dyna ou Softail en clubstyle a bien plus de gueule mais on reste dans le même style de moto qui pour le poireau moyen est un kiff total sur les routes viroleuses, un peu moins sur les tortueuses et pénible dès que la flotte arrive ou que l’on ose mettre les roues hors de l’asphalte.

La Pan America ne porte pas ce nom par hasard et le succès des trails vient à la fois de la facilité de conduite (oui beaucoup en ville…) mais aussi de cette capacité à se dire on part à l’aventure sans redouter l’état de la route, de la météo. Quand tu as plus de 350 kilos qui partent en saucisse dans les ronds-points ou sortie de virage c’est moyen pour rouler cool et détendu.

Pour avoir essayé des trails c’est incroyable la facilité de ces motos. Ca tourne, ça freine, ça prend de l’angle et ça se conduit comme si on l’avait depuis des années sans aucune appréhension aussi bien dans les manœuvres à basse vitesse qu’en mode soutenu et Joe bar Team.

La Pan America part avec de sérieux atouts sur le marché de la moto :

  1. Son prix : Jon parle d’un prix plancher de 15 K € mais d’après les informations du Boss de la concession Borie ce serait plus dans les 16.5 K €. En revanche la version toutes options sera bien en-dessous de la barre symbolique de 20 K €. Ce prix est très bien placé dans la gamme Harley  mais il l’est aussi sur le marché des trails avec les concurrente BMW ou Ducati.
  2. Son poids : Là aussi la barre fatidique des 250 kg est évitée et Harley annonce moins de 230 Kg ce qui est dans la norme des trails de cette puissance. Enfin une moto de moins de 300 kilos et plus de 100 bourrins chez Harley !
  3. Sa puissance : 145 bourrins d’annoncé ! Cest la dernière low rider S en stage 3 cette puissance ! Harley annonce  50% de force en plus que le M8 114 !
  4. Ses freins : La collaboration avec Brembo, le poids de la machine laisse imaginer un freinage enfin à la hauteur du moteur

    Voila je viens de vous partager mes premières réactions sur la Pan america place aux images et vidéos 🙂
    Alors je suis confiant mais prudent car on le sait les chiffres sont une chose, les sensations une autre. Que donnera la Pan America en essai dynamique ?Vu la copie parfaite sur papier je vois mal comment elle pourrait décevoir mais c’est un tout nouveau moteur Harley, le Revolution Max de 1250 cm ouvert à 60°, à refroidissement liquide et doté d’un balancier d’équilibrage et de corps d’admission à double flux.

    Bon je fais le malin car ceux qui me connaissent que je n’ai rien compris sauf que il ne faut plus s’attendre à du potatopotato mais bien du Broaam. Le risque évident est un moteur trop loin de l’esprit de Harley qui pourrait créer un frein au changement pour les fidèles de la marque.

    En tout cas je trouve ce projet très excitant et j’ai hâte de pouvoir essayer le nouveau Poney express de milwaukee