La Pan America de Harley : un futur Best Seller !

Alors aujourd’hui chez Harley-Davidson Borie j’ai enfin pu découvrir le nouveau projet de Harley, La Pan America, un trail de 1250 cc et plus de 140 chevaux !

Ne tournons pas autour du pot, je pense que cette bécane peut marquer le renouveau de la marque et lui permettre de trouver enfin une nouvelle clientèle.

Bien sur certains déjà la juge laide, indigne d’être une Harley, japonisante et je ne sais quoi encore. Alors oui visuellement une dyna ou Softail en clubstyle a bien plus de gueule mais on reste dans le même style de moto qui pour le poireau moyen est un kiff total sur les routes viroleuses, un peu moins sur les tortueuses et pénible dès que la flotte arrive ou que l’on ose mettre les roues hors de l’asphalte.

La Pan America ne porte pas ce nom par hasard et le succès des trails vient à la fois de la facilité de conduite (oui beaucoup en ville…) mais aussi de cette capacité à se dire on part à l’aventure sans redouter l’état de la route, de la météo. Quand tu as plus de 350 kilos qui partent en saucisse dans les ronds-points ou sortie de virage c’est moyen pour rouler cool et détendu.

Pour avoir essayé des trails c’est incroyable la facilité de ces motos. Ca tourne, ça freine, ça prend de l’angle et ça se conduit comme si on l’avait depuis des années sans aucune appréhension aussi bien dans les manœuvres à basse vitesse qu’en mode soutenu et Joe bar Team.

La Pan America part avec de sérieux atouts sur le marché de la moto :

  1. Son prix : Jon parle d’un prix plancher de 15 K € mais d’après les informations du Boss de la concession Borie ce serait plus dans les 16.5 K €. En revanche la version toutes options sera bien en-dessous de la barre symbolique de 20 K €. Ce prix est très bien placé dans la gamme Harley  mais il l’est aussi sur le marché des trails avec les concurrente BMW ou Ducati.
  2. Son poids : Là aussi la barre fatidique des 250 kg est évitée et Harley annonce moins de 230 Kg ce qui est dans la norme des trails de cette puissance. Enfin une moto de moins de 300 kilos et plus de 100 bourrins chez Harley !
  3. Sa puissance : 145 bourrins d’annoncé ! Cest la dernière low rider S en stage 3 cette puissance ! Harley annonce  50% de force en plus que le M8 114 !
  4. Ses freins : La collaboration avec Brembo, le poids de la machine laisse imaginer un freinage enfin à la hauteur du moteur

    Voila je viens de vous partager mes premières réactions sur la Pan america place aux images et vidéos 🙂
    Alors je suis confiant mais prudent car on le sait les chiffres sont une chose, les sensations une autre. Que donnera la Pan America en essai dynamique ?Vu la copie parfaite sur papier je vois mal comment elle pourrait décevoir mais c’est un tout nouveau moteur Harley, le Revolution Max de 1250 cm ouvert à 60°, à refroidissement liquide et doté d’un balancier d’équilibrage et de corps d’admission à double flux.

    Bon je fais le malin car ceux qui me connaissent que je n’ai rien compris sauf que il ne faut plus s’attendre à du potatopotato mais bien du Broaam. Le risque évident est un moteur trop loin de l’esprit de Harley qui pourrait créer un frein au changement pour les fidèles de la marque.

    En tout cas je trouve ce projet très excitant et j’ai hâte de pouvoir essayer le nouveau Poney express de milwaukee

Océan Bike à l’île d’Oléron : Magic !

En ces temps sombres et dramatiques une lueur d’espoir se leva à l’Ouest avec la rébellion de 4 hommes.

Ils n’étaient ni les plus beaux ni les plus intelligents mais ils eurent la clairvoyance et le courage d’organiser un rassemblement de bikers à taille humaine vers une destination longtemps tenue secrète à part qu’elle se tenait entre Brest et Biarritz.

Oui ils n’étaient pas non plus très forts en géographie !

Ces conditions churchilienne virent 40 braves bikers se rendre à l’île d’Oléron pour s’échapper du quotidien, rouler, manger, rire et boire et plus si affinités mais cela ne nous regarde pas !

 

L’attente était à la hauteur de la frustration d’avoir vu les autres événements s’annuler et elle ne fut pas déçue ni par le temps superbe, ni par l’endroit, ni par l’accueil.

Trois jours à refaire le monde, à revoir ceux qui habitent loin, à jouer Oléron Miami à la piscine et pour certains mettre à mal leur batterie.

Loin des rassemblements qui attirent les bobos, les hispters, les poseurs, les annonceurs, ces réunions de la famille biker ont une âme, un air de colonie de vacances ou tout est permis et surtout de ne pas se prendre au sérieux.

D’ailleurs comment se prendre au sérieux avec une kawasaki verte, un machin jaune à trois roues et autres objets roulants mal identifiés  ou un mec qui te réveille en regardant un documentaire animalier en allemand à fond à 8 h00 du matin?

Un grand merci à toutes et à tous et en particulier au 4 fantastiques de l’Ouest et que 2021 nous réunissent encore et plus souvent !

 

 

Le meilleurs livres, romans, BD sur la Moto

Durant cette canicule j’avoue avoir préféré la lecture dans mon transat au frais que de griller sur l’asphalte même avec style sur ma Harley.

Alors je me suis plongé dans deux livres racontant les voyages en moto de deux époques et deux styles bien distincts de motard que vous retrouverez en détails ci-dessous et j’en ai profité pour demander aux amis quelles étaient leurs lectures préférées, celles qui les avait fait voyager.

Romans :

Le roman qui revient en tête des citations je vous en avais parlé il y a un bon moment maintenant c’est « Nous rêvions tous de liberté » de Henri Lowenbruck. Ce roman est une ode à l’amitié, l’aventure, l’envie de tout laisser pour prendre la route que le voyage en moto décuple. Ce roman sonne juste car Henri est un amoureux des Harley surtout quand elles sont modifiées en Chopper et a su s’entourer d’amis qui partagent la même passion que lui et ne rêvent entre deux rencontres que de prendre la route. Je les saluent en passant, bon ride et bon vol les Spitfires 🙂

Récits de voyage :

Eric Lobo et « Road Angels” son récit d’expédition au travers de la Russie.

Autant j’ai adoré la version en images qui est sublime autant je n’ai pas accroché au livre. Eric Lobo est un super photographe mais en revanche son écriture me semble sans souffle et son récit qui mélange ses soucis personnels et rencontres improbables manque de rythme.

ANNE-FRANCE DAUTHEVILLE « Et j’ai suivi le vent » est mon coup de cœur. Je découvre cette pépite 50 ans après les faits et pourtant on se laisse emporter par la verve de cette aventurière qui a autant d’humour, de dérision que d’audace. Le livre est délicieusement politiquement incorrect mais Anne-France à un don naturel pour avouer sans embages ce qu’elle pense des personnes, des pays rencontrés quitte à s’en excuser quelques dizaines de pages après  par une anecdote, un point de vue différent. C’est parfois désuet, nostalgique, mais jamais ennuyant car le verbe est riche et surtout quelles aventures à ses côtés !

 

Pour nino la chronique « Carte postale d’un bout du monde » de Fred Tran Duc qui parut pendant près de 20 ans dans Moto Journal à partir des années 70.

Du vécu, de belles tranches de vie, une plume qui me faisait voyager et qui a contribuer à mon amour de la moto. Voila d’ailleurs un lien pour découvrir cet auteur disparu en 20111 dans son pays à Hanoï http://data.over-blog-kiwi.com/2/14/64/39/20171021/ob_610f5a_compilation-des-cartes-postales.pdf 

Sony Le gitan lui nous cite « le VSD spécial moto annuel qui était vraiment sympa pour rêver »

Récit de vie :

Cité par Kaijū : « Hell’s Angel » de Ralph-Sonny Barger. Les rouges et noirs fascinent toujours avec le monde parallèle des 1%
Fred : Hell’s Angels et la mort du rêve américain » c’est pas vraiment un roman, c’est entre le récit et le reportage, le tout écrit par un mec assez défoncé…
C’est un OVNI littéraire mais tout ce qu’il y raconte ça donne une vision assez authentique.

« FEGERSHEIM – LAS VEGAS » , Dominique Dillenbourg cité par Laurent Pernelle : « le livre de mon copain Dominique Dillenbourg est vraiment chouette et une invitation au voyage. Il se lit d’une traite, impossible de s’arrêter quand on le commence »

L’assaut des motards, NHS : « Ce petit bouquin parle de la réalité  des événements d’Hollister, bourgade californienne  le 4 juillet 1947… d’ou tout est parti… la creation des 1%… et démonte la version des faits et celle répandue par des journalistes qui ont su exciter l’Américain moyen à grand renfort de sensationnalisme
traduit part  Henri Loevenbruck, ce bouquin a inspiré le film  l’équipée sauvage  »


BD :

Joe Bar Team
En commençant ce billet j’avais complètement zappé l’univers de la BD je l’avoue et vous pouvez apporter la goudron et les plumes car qu’est ce que je me suis marré avec Joe Bar Team de Christian Debarre (https://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Bar_Team) L’histoire de cette bande de potes totalement allumés et fous de bécanes qui se tire la bourre avec un enthousiasme bien au-delà des limites de leur monture ou pilotage est un pur régal. Des dessins et des phrases cultes qui me font sourire à chaque fois que je retombe sur l’un de ces artistes du guidon.

« Je veux une Harley »

de Frank Margerin et Marc Cuadrado a rencontré un beau succès mais j’avoue n’avoir pas dépassé le 2 ème tome car j’avais l’impression bizarre de lire un truc sympathique sorti tout droit du HOG. Peut-être qu’inconsciemment les clichés qu’ils savent bien raconter sans se moquer et leurs personnages de beaufs déguisés en biker me conduisent à douter que je veuille vraiment d’une Harley 🙂

Autres BD

« Little Kevin », « La belle et les bêtes » de Coyote cité par Charkal

Robby one cite Margerin mais aussi ses premiers souvenirs « l’hebdomadaire TINTIN car Michel Vaillant avait fait une BD moto ou on voyait Beltoise (qui avait fait une belle carrière moto avant la F1) et puis aussi Michel Robert le champion belge de cross qui raflait tout à l’époque. »

Voilà j’espère que cela vous donnera envie de piocher dans cette bibliothèque pour continuer le plaisir une fois descendu de bécane.

N’hésitez pas à compléter avec vos coups de coeur cette liste basique.

hasta la vista baby !

 

Le rêve électrique de Harley-Davidson : la livewire

Harley-Davidson malgré ses chromes toujours aussi flamboyants ne peut se contenter de simplement faire évoluer sa gamme car la concurrence est devenue féroce et sa clientèle a du mal à se renouveler.

Cet effet de cisaille entraîne des perspectives économiques peu réjouissantes et oblige la compagnie à innover.

La livewire est une réflexion qui date non pas d’hier mais d’il y a presque 10 ans avec des prototypes qui roulaient sur circuit il y a déjà 5 ans. Ce n’est donc pas une réponse rapide mais bien un projet d’entreprise de construire une Harley de l’avenir pour une clientèle d’avenir qui trouvera son plaisir ailleurs que dans l’acier et les grondements mécaniques.

La livewire est considéré par une bonne partie de la clientèle de Harley comme une hérésie voire une trahison de l’esprit de Harley et cette partie refusera même d’essayer ce nouveau modèle.

Il faut dire que sur le papier la livewire c’est de 0 à 100 kmh en 3 secondes mais c’est aussi environ 180 km d’autonomie et pas loin de 35 000 € à l’achat alors on voit mal Eric Lobo s’élancer pour un tour du Monde avec, comme sur un bon vieux Road King.

Je ne suis pas un exclusif de la marque ni des motos devant dépasser les 300 kilos pour être dignes d’un biker et j’ai donc essayé cette livewire sur plusieurs jours pour me faire mon propre avis.

Prise en main

Rendez-vous à la concession H-D de Borie à Villiers sur Marne pour prendre possession de la bête mais non sans avoir échangé un bon moment avec l’ami Pierrot, figure historique de chez Borie, pour comprendre l’utilisation de la merveille de technologie. Il est d’ailleurs devenu un ardent défenseur de cette bécane lui qui l’avait découverte comme prototype sur circuit parmi tous les premiers au monde.

Cela commence par les réglages de la puissance du moteur et du frein moteur directement à partir du tableau de bord. La livewire possède donc 4 modes préprogrammés : Sport, Route, Pluie et Autonomie et 3 autres à votre convenance.

 Ecran tactile livewire

Les modes jouent sur la puissance du moteur et le degré de frein moteur qui permet au passage de recharger la batterie. L’œil malicieux, Pierrot m’explique que le mode sport n’utilise que 80% de la puissance et 50% du frein moteur alors comme nous on est des grands malades on balance grâce à l’écran tactile tous les curseurs à 100% sauf l’autonomie à 0%.

Ce mode n’est à activer que quand vous avez pris la mesure de la bête dans des modes plus cools comme autonomie ou route mais bien sûr c’est le mode qui est le plus envoutant sauf sur routes glissantes J

La bête peut s’interfacer avec votre smartphone par bluetooth mais j’avoue avoir fait l’impasse sur cette partie digitale.

Ne comptez pas sur moi pour le catalogue technique de la livewire car pas mal d’articles s’étendent sur le sujet, moi ce qui m’intéresse c’est le feeling .
Bon on monte sur la moto et c’est con mais plus de poignée d’embrayage et plus de sélecteur ça fait bizarre !

La livewire fait le poids d’un bon Sportster et est relativement haute pour une Harley avec une selle perchée à 78 cm, petit guidon et commodo avec look harley habituel finalement on n’est pas si dépaysé que cela.

 

L’essai

Bon on nous a tellement mis en garde sur l’engin que l’on démarre sur filet…de wat et la livewire se montre très urbaine pour sortir de l’enchevêtrement des petites routes et multiples ronds-points afin de gagner l’autoroute et se diriger vers les belles routes autour de Crécy la chapelle.

Clairement oubliez l’autoroute car l’autonomie passé les 130 kmh devient ridicule et au-dessus vous serez aussi abrité que si vous vous tenez debout sur un TGV ! Le Mode drapeau ON avec un buste qui encaisse tout.. c’est gérable sur un tracé qui alterne freinage et accélération mais vite pénible en ligne droite ! Je la mettrai directement en clubstyle avec sa bulle moi la Livewire.

Après 40 minutes je décide de faire une pause et le petit diable au-dessus de mon épaule me dit allez passe au mode spécial Pierrot pour voir ce qu’elle a dans le ventre, enfin dans la batterie cette moto. Deux petits clics et voila la Livewire en mode full power.

J’en profite pour admirer la ligne de cette bécane assez réussie bien que le bloc moteur fasse ressembler l’ensemble à une fusée sur roue mais elle a de la gueule tout de même et bon courage aux customers au passage 😉

Le démarrage se fait tout en douceur même avec ce mode la poignée d’accélération est très précise et la moto docile, je sors du parking du golf de Crecy et en ligne droite tourne comme un bourrin la poignée de droite…Ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii la flèche orange dans un bruit de turbine m’arrache les bras et le buste pour me propulser en quelques secondes à des vitesses peur recommandable en dehors de l’autoroute. Cette bécane c’est Docteur Jekyll et Mister Hyde et je n’ai encore rien vu car l’effet kiss cool m’arrive sur le premier gros virage ou je coupe l’accélération et je découvre la puissance du frein moteur avec une moto qui est à la limite de faire un blocage de roue arrière mais l’électronique fait son job à merveille.

S’en suit alors une ballade électrisante ou on ne touche plus qu’à la poignée d’accélération car les freins deviennent de pures accessoires.

Une vraie boule de flipper qui te projette de chaque virage dans un sifflement ne couvrant pas le souffle du vent et des décélérations en mode tu descends deux rapports sur ton big twin. Cette conduite est addictive en mode énervé comme en mode plus col ou la moto enroule parfaitement chaque virage. En effet la Livewire réserve une bonne surprise aux habitués de la marque : son amortissement ! Chez Harley ce n’est généralement pas le top, et bien là c’est nickel, ça tient le pavé, ça ne rebondit pas sauf sur toute vraiment dégradée et la tenue de route est à la hauteur du moteur.
La seule chose est parfois le sentiment d’un bloc en entrée de virage qu’il faut balancer pour ne pas voir la bécane dévier vers l’extérieur du virage.

Le Week-end j’en profite pour accompagner un bout de route deux potes du HDC des Morfals peu réceptif à mes arguments bon au moins j’ai pu leur faire constater que l’accélération reléguait même les plus gros moteur Harley dans une autre catégorie, pas d’inertie, les wats d’un seul coup ça déménage et laisse sur place à peu près tout ce qui roule en deux roues !

Le premier hic car il y en a c’est que assez vite j’ai dû arrêter de faire le malin à les dégoutter en terme de conduite pour calculer le retour à la base. Alors oublie les roadtrips à l’heure actuelle car la belle vous permettra de parcourir entre 150 et 180 km avant recharge.

Alors j’avais pensé à un roatrip en mode tu prends un café dans une concession harley avec recharge rapide et tu enquilles ! Mais non car la recommandation c’est une charge rapide pour 10 charges normales. A ce rythme t’es pas rendu au Portugal et tu oublies un Electrique zombie Run.

Le second hic c’est le prix car là faut aligner pas loin de 34 K € pour une moto qui est certainement attachante en mode périurbain mais reste peu polyvalente.

Conclusion

Alors cette Livewire trouvera-t-elle son public ? Des jeunes cherchant le plaisir, la marque et la nouveauté ?


Les clients que j’ai pu voir ont une seconde moto et utilisent la livewire quotidiennement pour se rendre au travail mais n’est-ce pas une minorité, une clientèle amoureuse de la marque, disposant de revenus conséquents et ouverts à la nouveauté.

Ceci étant je les comprends car la livewire est un jouet de luxe addictif qui permet de découvrir un autre mode de conduite et une moto qui peut se faire baladeuse ou roadster en mode couteau entre les dents.

Cette moto ferait un carton plein avec plus d’autonomie et un tarif en-dessous la barrière fatidique des 30 K mais heureux les élus le Royaume des Watts les attend !

Essai vidéo

Et si on découvrait un trail attachant ? Voila la Vstrom 1050

Bon vous me direz mais il a péter un câble Broaam à nous proposer un comparatif de trails à nous les amoureux du bicylindre des gros moteurs américains et vous aurez peut-être raison !

Ceci étant je connais nombre d’entre-vous qui avez la nostalgie de l’enduro ou du cross ou même avez une seconde moto en dehors de la Harley.

Ces derniers temps j’ai plus frémi à voir Laurent Cochet sur les piste d’Afrique avec sa Ténéré 700, à lire le mag Roadtrip que parcourir l’insipide Freeway comme figé dans le temps. Alors j’ai passé le cap pour mieux comprendre ces machines qui peuvent t’emmener au boulot comme à l’aventure sur les pires routes.

Rassures-toi camarade je n’ai pas été seul dans cet essai d’une journée mais emmener deux compères dont l’un qui roule en Harley depuis près de 15 ans sur les routes et chemins du Vexin. Jean-Marc connait à peu près le prix et caractéristiques techniques de tous les bécanes actuelles, à traîné ses pneus à crampons ou route dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie et à  la gouaille d’un titi parisien.
Le second, Ian Scott, chanteur de folk, rock et country, roule presque tous les jours en moto, guitare sur le dos parfois et cherche encore la compagne à deux roues idéale en chantant comme un barde biker.

Tout a commencé chez Suzuki qui a accepté de me prêter une magnifique Vstrom 1050 et non la XT encore plus abouti mais aussi plus chère. Il me semblait préférable de commencer avec ce modèle qui reprend le même cadre, moteur mais ne dispose pas de certaines aides technologiques et équipement. Ce qui lui permet au passage un gain d’une dizaine de kilos.

La Vstrom 1050

La couleur gris et noir est superbe et la moto a fière allure et est imposante. Bon là on comprend quand on passe du monde Harley au monde Trail qu’il va falloir pour certains se faire pousser les jambes ou se déguiser en Drag Queen car c’est… Haut !

Partie technique
Bien oui la selle est à 850 mm du sol et offre une garde au sol de 165 mm mais sans sabot moteur donc gaffe car comme vous pouvez le voir le filtre à huile est bien exposé.
sur la V-Strom 1050 std la hauteur n’est pas réglable. Elle est réglable en hauteur sur 20 mm pour la XT. Il est en revanche possible de choisir une selle basse dispo en option qui rabaisse la moto de 3O mm pour devenir accessible par toutes et tous.

Le moteur de 1050 développe 107 chevaux qui sont bien présent avec un moteur plein et les reprises sont franches dès 4000 tours pour s’envoler joyeusement vers 9000 et plus.

Alors si la 1050 est soit disant le parent pauvre de la 1050 xt vous avez tout de même 3 modes de conduite et la possibilité de moduler le traction control sur off et 3 autres positions. Tout cela devrait vous permettre de conduire plus ou moins sportivement ou avec prudence en cas de pluie mais aussi avec une meilleure traction hors bitume. Tous ces menus sont accessibles à partir de la poignée gauche.
Ah juste un point agaçant et vous le verrez sur la vidéo, les clignotants n’ont pas de temporisation et peuvent donc clignoter pendant lonnnnnngtemps J

Essai dynamique

Pratiquant éclairé de Hunyuantaichi et svelte comme la panthère rose je prends place avec grâce sur la machine et hop c’est parti.
Au premier freinage j’ai compris que je rentrais dans un autre monde que Harley et failli venir regarder la roue avant de trop près. Un freinage de trappeur qui arrête la machine et ne fait pas que la ralentir !
Après quelques kilomètres je commence à me faire à la position et à la moto ce qui me permet d’évoluer dans les bouchons pour sortir de la banlieue. La Vstrom permet de voir loin, est agile et a du couple pour évoluer avec aisance dans la circulation dense.

Trail Vstrom 1050

L’autoroute nous permet de nous caler à 100 kmh avec Ian pour ouvrir les gaz comme des gorets et comparer nos machines. Sur les premiers deux cent mètres les deux bécanes se tiennent et puis la Vstrom passe devant et continue d’accélérer jusqu’au moment où tu regardes le joli compteur et tu t’affoles sur les chiffres affichés ! L’efficacité du saute vent est réelle, aucune turbulence même à vitesse soutenue ce qui permet d’envisager des parties d’autoroutes sans crucifixion.

Sous le patronage de Jean-Marc aka J2M, nous voilà en route pour les routes du Vexin et le village de Giverny. La VStrom est un pur plaisir, ça enquille les virages, ça sort de courbe sur le couple, ça pardonne les freinages tardifs sans bouger d’un poil et tout ça est tellement sécurisant que tu te surprends à envoyer du bois alors que sur ces mêmes routes en Harley je resterai en mode poireau.

On profite d’un arrêt pour régler les suspensions en mode plus souple afin d’épargner notre digne fessier et le tout en 30 secondes avec la molette magique.

Rien de tel que de comparer et me voilà donc sur l’antique Africa Queen de 1996. Bon là tu sens que ça va moins le faire du point de vue freinage et relance mais l’ancêtre a encore de beaux reste et n’est pas totalement ridicule face aux deux jeunesses et puis surtout tu es sur une moto mythique, une légende qui a permis aux trails de gagner leur lettre de noblesse. La comparaison serait irrévérencieuses voir abracadabrantesque mais la ballade bien sympa même si moins joueuse et soutenue.

Passons à la Tiger 800 de chez Triumph qui selon J2M possède le moteur le plus noble et rageur. L’assise est plus confortable mais il faut l’avouer à part l’Africa qui a une selle sur mesure les deux trails ne se distinguent pas par le moelleux de leur assise que l’on qualifiera de ferme. La hauteur de selle est plus basse sur ce modèle mais suite à une option si non elle est entre 840 et 860 mm.

Passons au moteur ! Autant le 1200 srambler de chez Triumph avait du souffle et du coffre autant sur celle –là je cherche la 7 ème vitesse  à 80 kmh !
En fait ce moteur n’est pas fait pour moi, là où le Vstrom donne de la voix et de la puissance, le Triumph semble hurler « passes une vitesse ! ». Le son tient plus d’un sifflement aigu que de la mélodie mécanique et il faut se forcer pour rester sur la même rapport et essorer la poignée de gaz. Alors là en effet la Triumph continue à siffler tout en accélérant mais tout cela est bien m’est bien moins agréable que le moteur de la Vstrom qui bénéficie  d’une sonorité plus agréable et d’un meilleur étagement de boite et de couple.

En chemin

Bien oui moi qui en Harley sort les deux jambes sur un rond point en temps de pluie on a un petit peu roulé sur des chemins pour se faire un début d’idée. Alors sans traction control et en mode A je ne fais pas le malin car je sens bien le cul de la moto projeter les pierres et chercher l’adhérence. En testant avec la position 3 du traction control on a un sentiment de sécurité ça gigote beaucoup moins de l’arrière ! J’ai demandé conseil chez Suzuki et leur réponse a éclairé mon ignorance de la conduite off road :

Contrôle de traction :

Lorsque l’on s’engage en off-road, il est souvent recommandé de désactiver le contrôle de traction, afin d’autoriser la gestion de la glisse du pneu arrière et d’éviter de trop nombreuses entrées en action du système (sur les surfaces les plus glissantes). Bien évidemment, tout dépend du niveau du pilote comme du terrain pratiqué (un débutant s’aventurant sur un chemin de traverse sera bien content de ne pas avoir à gérer l’adhérence de l’arrière et sera certainement rassuré de pouvoir conserver sa moto en ligne…). C’est d’autant plus vrai si l’on change la monte pneumatique d’origine pour des gommes plus adaptées (pneus à crampons) où le contrôle de traction ne permettra pas d’exploiter le potentiel d’adhérence et donc le dynamisme de la moto.

Modes moteur :

Il s’agit là avant tout d’un feeling que ressentira le pilote. Plus celui-ci sera aguerri, plus il optera pour une réponse franche et directe de l’accélérateur (mode A). Si le pilote préfère davantage de douceur et de progressivité à la commande des gaz, il pourra s’orienter vers le mode B ou le C, le plus doux (je rappelle que les trois modes moteur agissent uniquement sur la gestion de distribution des gaz et non sur une cartographie de puissance).

 

 

 

 

Conclusion

J’ai apprécié cette Vstrom qui sait se faire oublier pour permettre de profiter de la route avec son moteur souple mais qui garde une bonne vivacité, un embrayage doux comme un vin de Loire et une conduite aussi irréprochable que celle d’un jésuite dans un bordel.

Ce  n’est pas une moto de caractère mais c’est une moto qui invite à la route buissonnière sans soucis du revêtement ni du temps, une moto qui te promet l’aventure au bout de ta route même si tu ne quittes jamais ton patelin.

Pour moi ce sera la référence en trail et la Pan America de Harley devra se rappeler que le marché est concurrentiel et que la faute ne lui sera pas permise en placement prix et usage.

Un Roadtrip au Havre peut-être une révélation !

Le Havre…Un Week-end au havre et là tu te dis il est invité par une usine de pétrochimie le Broaam pour aller se perdre dans ce qui dans mon esprit est un coin aussi attirant que Tchernobyl.

Comme l’amitié ça compte j’ai répondu présent aux copains pour ce WE et j’ai bien fait !

Bon avec ces potes de toute manière on s’est toujours marré quel que soit l’endroit, le temps car la magie de se retrouver à bouffer des bornes dans le même esprit puis se marrer est bien présente  mais tout de même…le Havre !

Hé bien ce fut une belle surprise de découvrir cette ville et ce coin investi en masse par les parisiens car si on boude le Havre on fait chauffer les moteurs des Porsche, Ferrari et BMW décapotables de Trouville à Honfleur.
Le Havre mélange les bâtiments de la reconstruction en mode stalinienne avec son église imposante avec sa structure en béton qui projette sa flèche vers le ciel, sa mairie et ses logements d’après-guerre et de vieilles demeures préservées de style normand .

Le Havre se trouve juste à quelques encablures de coins superbes dans la campagne ou au bord de mer. De Fécamp à Deauville la palette des styles est large et les fruits de mer abondant. Bon vu la clientèle qui débarque on a pris un peu l’habitude de prendre dans certains établissements de fruits de mer le client pour un bulot ou une moule.

L’assiette de fruits de mer négociée à 30 € et qui finit à 42€ et quelques tu peux essayer en m’expliquant que t’as rajouté une gambas grillée mais à la fin malgré le cinoche ça restera le prix convenu et sans le sourire.

On a préféré les marchands de glace sur la plage en galet du Havre et notre barbecue du soir organisé par Maitre Streeter épaulé par sa compagne de choc et animé par les yipi king !

Franchement je reviendrai surement faire ce bout de côte en semaine car le WE ça devient un arrondissement de Paris vers les stations les plus connues.

 

Sacoche en cuir Easy Leather

Un billet sur les sacoches ?

Allez j’entends déjà les railleries en mode et pourquoi pas un billet sur la teinture des cheveux, les bas de contention ou comment coudre un patch sur mon cuir ?

Hé bien messieurs, car Mesdames sont bien plus avisées, vous me navrez !

Une sacoche sur une bécane c’est l’aventure qui commence à vous titiller, c’est le voyage qui commence à s’imprimer, c’est laissé tomber la bécane pour faire le beau à celle pour faire la route.

Oui messieurs une sacoche c’est utile et ça peut être beau aussi si on la commande chez un artisan.

Après avoir essayé un produit de #SWMotech (merci à eux) dont la solidité est remarquable, le volume assez restreint mais surtout  l’esthétique est discutable sur une Harley, j’ai opté pour une sacoche en cuir de chez Easy Leather.

J’ai commandé la sacoche avec une personnalisation des coutures en rouge et le nom de Broaam dessus, la possibilité de la fermer avec un cadenas ainsi que le support de fixation spécialement développé pour la belle.sacoche easy Leather

Horsmis un problème de longueur de vis, celui d’origine était trop court, le montage se fait sans problème avec l’aide d’Eric connu comme le loup blanc désormais pour ses qualités de GPS humain, Mécano hors pair et surtout sa bonne humeur à toute épreuve 🙂

 

Le rendu est superbe avec une sacoche de très grande qualité dont le souci des détails est évident pour mettre en valeur cet objet qui peut enlaidir la moto ou au contraire lui donner une touche de personnalisation supplémentaire.

La taille de la sacoche est matière à réflexion et vous devez-vous interroger sur son utilisation là plus fréquente. Une utilisation quotidienne pour aller au travail, régulière pour de grandes sorties voir des road trips ou bien occasionnelle et devant être votre couteau suisse.

J’ai opté pour une dimension pouvant répondre à ces cas de figure, quitte à ajouter des sacs sur le porte bagage pour les roadtrips de plusieurs jours dans mon célèbre mode gitan. Pour les autres sorties la sacoche suffit pour contenir quelques fringues, le drone et appareil photo, la bouffe et la boisson 🙂

Alors vous trouverez de tout et à tous les prix pour équiper votre bécane mais si un trail s’accommode très bien de sacoches en alu c’est moins le cas de nos gros twin en attendant la Pan america ! cuir ou textile les deux ont leurs avantages et le prix compte aussi dans le choix.

A vous qui céderez pour une sacoche unique, artisanale vous verrez nos amis en Touring vous regarder d’un œil amusé  voir goguenard remplir vos sacoches, arrimés votre chargement, vous prendre un retour de shadow dans la gueule, eux qui rangent tout dans leur touring pack. Mais mes amis renifleurs de bitume et de goudron chaud nous avons choisi des montures légères et les matériaux nobles, le cuir, l’acier et sacrifié un peu de confort pour préserver l’esprit des pionniers de la Harley… Oui messieurs nous sommes avec nos sacoches les dignes représentants de la Poney express et non des locomotives !

Je vous conseille en tout cas de regarder ce qui se fait sur le web et ce qui correspond à votre budget et utilisation mais attention aux sacoches en cuir trop léger qui ressembleront rapidement à des couilles d’éléphant sur votre moto !

Non je ne poursuivrai pas ce billet par un second en mode « comment bien remplir vos sacoches » ! Démerdez-vous 🙂

PS : je compléterai en revanche par d’autres photos de cette sacoche si vous me le demandez gentiment 🙂

Mais que sont devenus les hipsters ?

 Non je ne m’inquiète pas mais je me demande quand même !
Puis avec le coronavirus les barbes c’est plus à la mode.
Tu sais le masque obligatoire pour les hipsters c’est comme le Capitaine Haddock avec sa barbe tu ne sais pas si tu la mets en dessous ou au-dessus alors ça l’empêche de bien dormir et eux d’afficher leur coolitude.
Pas de rendez-vous à la Mecque du wheels and waves so branchouille cette année ! Les accros auront la nostalgie mais qu’ils sachent qu’on en a fait presque un reportage animalier aussi chiant qu’une émission de fin de programme sur Public Sénat.
 Merde ils ont du annuler cette année et tu imagines les gars qui sortaient leurs motos pour faire enfin dans l’année LE Ride de 900 km ! Bon en fait ils venaient avec leur bécanes mais en remorque ou sur les plateformes de pick-up branchouille. Tu viens au WW avec un vieux pick-up rouge Ford et dedans tu as ta préparation. Tu vois alors la préparation… c’est spécial aussi pour les hipsteurs, ces gars sont capables de t’acheter tout de même une bécane avec un avant de trail, l’arrière d’un bobber et un éclairage de mobylette si c’est signé par un préparateur à la mode. Tu rajoutes une peinture qui a été fait par un enfant qui adore le psychédélisme et là t’es au TOP !

Droits d’auteur :©FrancescMontero

C’est un style de vie hipster, rien de moins ! Le genre du gars qui philosophe sur le sens de la vie le regard dans le vague (ou les vagues pour le WW) pour te parler du bonheur de rouler sur un rigide à carbu avec la casquette un peu relevé sur des des lunettes à la mode en touchant légèrement sa barbe .
« On perd le son mais on gagne le silence! »  Phrase docte d’un préparateur d’une moto électrique :-))
Tu vois toi aussi tu en as rencontré ! Les hipsters ne transigent pas sur la qualité des chaussures car ils marchent beaucoup plus qu’ils ne roulent dans Paris entre deux bistrots et trois terrasses. Le hipster tu le vois aussi évoluer avec grâce entre deux soirées et un fabulous event. C’est pas son truc de rouler pour rouler, ça se comprend, lui il roule pour vivre une expérience dont 90% se passera une fois descendu de la moto autour d’une bière à la mode et de discussions enflammées.
Des fois ils prennent la route mais n’imagine pas que ce soit en mode Laurent Cochet ! Ah non…la route c’est entre entre Bastille et Gare du Nord et pour les plus aventuriers dans la vallée de Chevreuse avec nappe à carreaux pour le pique-nique.
  Alors pourquoi j’ai du mal à les considérer comme des motards ça je sais pas je n’ai pas encore vu mon psy. Mais j’ai j’ai eu envie ce matin de faire un billet de blog de rageux, de haineux sans calcul, juste une impulsion, avant de reprendre cool la bécane avec les copains et de taper la route en se heurtant à la barrière des 100 km.
Alors la route. hein … Moi je vais pas faire mon malin mais tu peux en faire des bornes en évoluant dans un périmètre de 100 km et des réservoirs qui permettent de parcourir 250 km sans s’arrêter en panne sèche.
Après tu le sais bien si tu as fait des rides que les bikers ça s’arrête autant que les hipsters qui prennent des photos mais avec des envies de pisser, problème de prostate ou excès de bière.  C’est bien connu aussi, on a tous nos clichés.
Je te quitte, prends ça au second degré et puis on se retrouve dans des des billets  à la sauce broaam plein d’énergie, de good vibrations du Bob, et de belles images si ma nouvelle GoPro arrive et que je suis meilleur en vidéo qu’en mécanique !

Le club style en Harley ? Le look et la performance !

Dans le monde Harley il y a eu de multiples modes de transformation des motos que ce soit vers les choppers, diggers, cruiser, roadster, café-racer, baggers et demande le reste à ta sœur.

Souvent c’est l’esthétique qui prime et bien des bikers roulent sur des bécanes qui, du point de vue ergonomique et performances, sont des aberrations …Mais bon allez expliquer ça à des fondus qui roulent en rigide et fonte, vous aurez autant de succès que de parler barbecue à un vegan.

En Harley je préfère rouler moche et efficace que beau et pénible et du coup en tant qu’heureux  possesseur d’une Dyna je me suis intéressé au style club qui revient à la mode depuis ces deux dernières années.

J’ai été aidé en cela par le copain Sony Le gitan du forum France Street bob qui nous a permis de suivre sa transformation d’un street Bob de 2019, oui bon personne n’est parfait et #StayDyna 

Alors le style club c’est quoi ? Certains répondraient hâtivement c’est le style Sons Of Anarchy, et les bougres n’auraient d’ailleurs pas tort ! Mais ce serait oublier que SOA s’est inspiré des vrais MC de la côte Ouest des US.

Car c’est bien des MC (Toi jeune Padawan va sur le lien qui explique ce qu’est un HDC, et un MC 😉  qu’est parti cette tendance avec les FXDT en cherchant à améliorer des Harley stock pour booster  leurs performances. Pourquoi les FXDT me direz-vous , si! si! je vous connais ! Hé bien car c’était en rapport poids, puissance et prix le modèle le plus intéressant mais pas très bien côté de la clientèle habituelle ce qui permettait aux MC d’obtenir des rabais.
Les Club style désormais sont  aussi des regroupements d’amoureux des dyna qui suivent la même voie mais aussi qui osent la couleur.

Généralement sur un Dyna Club style vous retrouvez des amortisseurs de qualité, une bulle plus ou moins haute, un guidon avec des risers de grande taille ou un T-Bar permettant d’avoir une position des mains assez hautes mais pas supérieures aux épaules, un travail sur le moteur et un échappement deux en un là aussi pour la performance.

Les Dyna sont sorties du catalogue Harley en 2019 remplacée par les softail et le pari de Laurent alias Sony est de transformer son Street bob sur base softail en Harley immédiatement identifiable comme appartenant à la mouvance Club style. Nous allons grâce à lui découvrir cette transformation.

Salut Laurent, déjà sois poli, retires les doigts de tes oreilles et présente-toi !

Je suis Laurent, alias Sony le gitan, 42 ans ( sobriquet dont j’ai hérité à 14 ans figurez-vous… suite à un cours de math au collège qui a dégénéré en vaste blague dont je vous épargne les détails). Ex  monteur de chez Dafy, ex mécano Honda et ex mécano HD, sortant de 22 motos de toutes marques et tous styles dont une Dyna FXDBB 2014 et mon actuelle FXBB.

Alors pourquoi ne pas avoir pris une Dyna Street Bob comme base de ton projet et rester authentique ?

Trop exigeant avec la partie-cycle, trop déformé par des années de Ducati  S4RS 998 , 749 et autre 1098 je n’ai pas su m’adapter à ma Dyna que j’adorais pourtant (même si  au final, un roulement de bras oscillant usé était avant tout à l’origine de mes soucis sur la tenue de route), ceci-dit j’ai besoin d’une partie cycle dont la direction est presque verrouillée avec le reste de la moto. J’avais fait un gros boulot sur les éléments de liaisons au sol et du cadre mais rien à faire, je ne m’y suis pas fait.  Plus ou moins à contre-cœur j’ai testé une FXBB que pourtant j’ai allègrement critiquée à sa sortie.  J’ai trouvé une partie-cycle plus en accord avec mes attentes. Cadre « compact » dans son travail, suspensions saines d’origine, un Japonisation dans le bon sens du terme qui fait hurler parfois à raison, les amoureux des Dyna.

Concernant le club style pure, il y a diverses écoles, comme dans toutes les prépa, que ce soient Bobbers, Choppers, Baggers, Slugs etc… on retrouve des sous groupes dans la famille.  Je ne vais pas rentrer dans les détails des familles mais je fais partie de l’immense majorité qui va s’orienter vers un club que je nomme « routier » ou « clone » en ce qui concerne les FXBB noirs.  Donc ici point de Club Style extrême orientation stunt avec une modification de transmission finale, suspension grand débattement, modification de la carto pour avoir toute le couple le plus bas possible et peintures voyantes et agressives, point de Club de showroom qu’on voit partout sur le net avec leurs peintures de folie façon écailles de Carpes etc… 

Ah, globalement je tiens à préciser une chose. Le Club style est une appellation qui est effectivement surtout arrivée dans le « grand public » avec SOA. Comme je le dis toujours, il y a 20 ans, quand j’étais mecano chez HD, je montais déjà des bécanes avec des accessoires « club ». C’était plus rare mais juste ça n’avait pas de nom. Les gens venaient et disaient, je voudrais ma bécane plus apte à rouler un peu plus vite, plus loin et plus longtemps. On montait un guidon à hauteur de l’épaule, on changeait les suspattes arrières, on changeait les plaquettes de freins et on claquait un fairing. Des fois ont ramenait les commandes en médianes, on foutait des reposes-pieds highway au cas où et voilà.  Ca n’avait pas de nom et tout le monde trouvait ça moche. Aujourd’hui le club syle est devenu tellement diversifié que ça va du Naked au GT avec des fairing  présentant des carénages façon Godier-Genoud . Il y a énormément à dire sur le Club, autant que sur les autres familles d’ailleurs mais on ferait 15 pages.

 

On peut en faire plusieurs billets et c’est prévu ne t’inquiètes pas car je pense que ce sujet passionne de plus en plus de possesseur de Harley et certains garages se spécialisent désormais dans ces préparations.

Mais revenons à ta propre transformation d’un Street bob softail (certains s’étranglent en associant ces deux mots mais j’ai pris un coup de Jack au miel avant !) 

Pour l’aparté sur le Softail, il est vrai que ce ne sont plus des Dyna. C’est irréfutable le nier confinerait à l’aveuglement ou une forme de frustration. Mais l’esprit demeure je pense. Le Bob post 2018 reste une moto simple modifiable à volonté ( encore limité mais les constructeurs s’emploient à fournir de plus ne plus d’aftermarket). On sait tous la petite histoire… la MoCo via son équipe marketing de trentenaires branchouilles veut renouveler et changer sa clientèle. Il faut évincer la vieille garde non rentable dont l’image est trop « antique », il faut que l’on consomme de la moto plutôt que d’investir sur des bécanes qu’on va garder 20 ans. 

HD se réinvente, voir se perd parfois en voulant offrir un panel complet et rassurer le client. Le côté extrême exclusif est dilué dans du marketing soft, de la communication moderne et simple, une moto électrique pour montrer qu’on est en avance sur son temps plutôt que de vivre sur le passé et faire peur avec du métal chaud et des odeurs d’huile , gros trail, roadster, motos d’entrée de gamme (les 750)… Vues les difficultés financières du groupe, on a beau leur en vouloir… ils n’avaient pas vraiment le choix… Rationalisation des modèles de construction, réduction du nombre de gestes donc gain de temps et de productivité, de pièces,  de machines outils, de fournisseurs, simplification de la chaîne de montage avec la nouvelle gamme = économies d’échelle = espérer des bénéfices d’ici quelques années… 

La politique de LLD et LOA exacerbée et des campagnes de promotion pour les permis A2 ont accompagné ce changement. Le nouveau Bob a d’ailleurs beaucoup moins de valeur résiduelle car il en tourne plus facilement en occasion. C’est donc un bon plan au passage…

Tout ça pour dire que le Softail Bob n’est pas une Dyna c’est vrai. Cependant froidement, elle enterre techniquement sa grande sœur mais a sacrifié une certaine magie à l’usage.  Le manque de vibrations, cette efficacité voulu… Cette accessibilité a même finit par agacer dans le monde HD.  Le symbolisme du double amorto retiré comme une volonté coupable de faire du mal aux puristes et de les dégoûter. Les vibrations quasi absentes et le compteur de résa retiré sont autant de provocations que les Dynistes convaincus n’ont pas appréciées. Et je crois que c’est volontaire. La MoCo a voulu une forme de rupture. Si je tombe dans la parano je dirais même « diviser pour mieux vendre ? Parlez de moi en bien ou en mal.. mais parlez de moi… De toute façon la gamme est moderne, la nouvelle gamme est plus performante et coûte moins chère à produire sans avoir rogné sur la qualité de fabrication »… Point que je n’ai pas cité, j’ai aussi été séduit par les finitions.

Ce que tu dit est d’ailleurs à l’origine de nombreuses discussions animées sur le forum France Street Bob. Je te rejoins sur de nombreux points mais une seule machine de Harley me fait rêver pour l’instant la future Pan America !

La cohabitation est bonne sur le forum, ça chahute un peu mais ça fait partie du jeu. Mais il est vrai qu’il y a une séparation nette. On partage forcément beaucoup moins car les motos sont techniquement différentes.  On pourrait très bien se séparer sur France Street Bob mais Dieu merci il y a une cohésion forte entre les membres et la cohabitation existe. Des pages et forums dédiés au FXBB ont fleuries ces derniers temps sur les réseaux sociaux, c’est pratique mais l’esprit y est un peu différent.

Pour en revenir au sujet à vrai dire mon Club n’a rien d’extra car je suis un mec commun limité par le budget, l’usage que je veux en faire et mon principe de pouvoir retirer 99% des éléments pour revenir en arrière si je change d’avis. Donc point de 2 en 1 pour moi car trop dispendieux mais de simples Short shots, point de peinture perso mais des décalco de résa… tout ça me permet de mettre de l’argent de côté pour des choses qui sont plus essentielles à mon sens pour un club… les liaisons au sol et la sécurité passive… de futurs suspensions Ohlins ou une jante arrière un poil plus large et un kit Disque avant wave  15 » par exemple.  J’essaye cependant de ne mettre que des marques sérieuses,  donc du Thunderbike, des poignées Alumicore Biltwell, du Arlen Ness à venir pour le pontet de fourche me permettant d’avoir une fourche vrillant moins vu mon pilotage à 90% sur petites routes, Memphis Shades, Heinz Bike dont je suis totalement fan, la moto est bien sûr Stage 1 avec un FP3 qui m’a changé la vie par rapport au SE de ma Dyna, je fais bien sûr confiance à K&N pour l’élément filtrant. Des leviers réglables en aluminium de chez Oberon taillés dans la masse dont j’adore la sobre discrétion, n’oublions pas les risers Bung King, un classique guidon Tracker Biltwell,  la fameuse sacoche de guidon, moi c’est une Burly car très bien réalisé et abordable.C’est d’ailleurs aussi incontournable qu’une clope sur un Gainsbourg une sacoche de risers.

Bien sûr et  obligatoire, une selle sérieuse qui cale bien les reins. Je n’ai pas été dans un délire, une Saddlemen Step up full gel pour être plus haut et avoir une position confortable et ne pas être déçu. Ma seule modification irréversible sera de poser le kit Thunderbike de réservoir avancé.

Je précise que tu n’es sponsorisé par aucune de ces marques et pourtant tu adores leurs stickers sur ta moto 😉

Un détail, j’ai cédé à la vague du Bar light. Seule concession honteuse à Ali express.

C’est quoi ça ? t’as piqué l’éclairage d’un bouge de Bangkok vilain garçon ? Si non combien de temps pour toutes ces modifications et quel budget prévoir selon toi ?

Dans le club style il y a une recherche sur la signature lumineuse. En Dyna on change quasi systématiquement l’optique d’origine pour un modèle Daymaker plus ou moins original ou surtout un très convoité 13 LEDs qui donne un aspect agressif et moderne à la moto ainsi qu’un gain de vision nocturne. En Amérique du Nord on remplace souvent les clignotants par des kits 2 en un avec une cerclage lumineux de position dans le cligno ce qu’on ne peut pas faire en Europe car les motos ne sont pas équipées. Enfin on ajoute un Bar light, une simple rampe de DELs permettant un feu de route large. A la base ce système est un simple ajout d’une rampe provenant de l’automobile. C’est d’ailleurs toujours le cas pour la plupart des gens. Il n’existe que quelques bar light dédiés mais les tarifs sont exagérés. Sur le softail rares sont les changements d’optique, perso je n’en ai que très rarement vu sur les pages dédiées. L’origine a déjà une signature visuelle et en plus est assez efficace ce qui est une nouveauté dans la marque. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous noterez que les Dyna « style SOA » ne s’embarrassent pas de tous ces artifices. Ce style est bien plus proche de ce que j’ai connu dans le passé quand l’expression « club style » n’existait pas encore. Mais tout est en évolution permanente et rapide donc aujourd’hui un Club a quasi une fois sur deux des artifices lumineux simples mais efficaces. 

J’avoue que le bar light est un upgrade bien réel dans la conduite de nuit sur petites routes. Et ça coûte si peu.

Est-ce que tu penses que tu est allé au bout de ta démarche de transformation ?

J’ai encore beaucoup de boulot dessus mais les grandes lignes sont posées pour que ma Harley se plie à mes exigences de polyvalence…. Voilà le vilain mot lâché… La vérité toute nue des club styles de l’armée, des clones des clubs noirs routiers (quoique tous les styles ont une majorité de clones en vérité)…. Polyvalente et avec une certaine sportivité… et si on veut de la sportivité, il faut une rationalisation.

Certains possesseurs de club vont vouloir m’étouffer dans mon sommeil. Mais avec honnêteté je le ressens comme ça.

A vrai dire tu ne mérites pas ton nom de gitan car ne pas avoir mis un deux en un digne de ce nom de Bassani ou TBR en satin s’est refusé l’appel du full métal ! Plus sérieusement les adeptes du Club style passent tous à cet échappement pour le look et la puissance mais toi tu nous dit que c’est trop cher alors que tu comptes partir sur des ohlins hors de prix sur une moto qui justement joue son sur nouveau cadre pour remplacer l’irremplaçable Dyna, tu réponds quoi pour ta défense ? 

Ma défense c’est que j’assume de ne pas me plier totalement aux codes du full Club. Étrange de dire ça alors que ma moto est en plus noire, avec la selle la plus achetée du commerce pour cette préparation et qu’elle présente d’autres codes pourtant d’une banalité affligeante pour un FXBB club. Alors je dis peut-être ça pour me rassurer aussi 🙂 .  Mais j’ai une autre contrainte. C’est aussi de pouvoir un jour repasser sur un esprit plus Bobber si l’envie m’en prends et un 2 en 1 ne me plaira peut être pas. Vu les tarifs des échappements… il faut éviter de se planter, je reste donc sur une valeur sûre et simple qui me semble un choix polyvalent (encore ce vilain mot). Aussi réellement je dois « grappiller »… quoi que près de 700 euros de différence entre le tarif de mes Short Shots et un TBR ça commence à vouloir dire quelque-chose… car vraiment je suis très intéressé par le fait d’améliorer les liaisons au sol c’est directement lié à mon expérience moto ( de file en aiguille cette question m’amène en fait à analyser ma démarche personnelle lol merci) . Je ne suis pas un pilote et je ne cherche pas une puissance démesurée dont je serais incapable de jouir, le plaisir c’est quoi en vérité dans la partie performance d’une moto. La MAITRISE! Ce mot est hyper hyper hyper important en 2 roues. La maîtrise de la vitesse, la maîtrise de la partie cycle, la maîtrise du lien entre les désirs du pilote et les réactions de la machine.

 Tout ça atteint directement le cerveau qui délivre  en contrepartie de la dopamine.. ce n’est pas moi qui le dit c’est une étude. Tellement de gens l’ignorent mais c’est ce qui pousse l’Homme à avoir des passions ou faire certaines choses.  Arriver au point de délivrance de dopamine va vous faire kiffer l’instant, oublier les soucis etc… et cela passe par la maîtrise de ce que l’on fait. Il y a des tonnes de façon de l’atteindre, monter des pièces, voir simplement sa moto, la démarrer, les premiers mètres, atteindre une vitesse élevée pour certains et maîtrise ce dépassement des sens est une véritable drogue etc… Moi c’est la maîtrise et l’exploitation que je veux ( là on sort du cadre du Club style mais il fallait cette aparté je pense)  … Ainsi point de course à l’armement motorisé. Un stage 1 est plus que suffisant. La rage du 107 et son couple sont déjà au delà de mes compétences. Les Short Shots ont d’ailleurs l’avantage étrange de lisser la courbe de couple en l’affaiblissant très légèrement ce qui me permet, en lien avec de longue séances d’autotune d’avoir un moteur plus exploitable qui pardonne plus les excès d’optimisme sur la poignée de gaz qu’avec mes anciens Big Radius.

 Alors mon but est simple, après l’apparence pour flatter mon ego, c’est d’optimiser les liaisons au sol pour jouir au maximum de ce que m’offre le moteur. Si le compromis de départ est réussi. Ont peut largement faire mieux, notamment sur la progressivité de l’arrière et la précision de l’avant. Au passage quel regret de ne plus pouvoir régler les roulements de direction…. Cette dernière est trop légère à mon goût et se marie assez mal au guidon tracker dans quelques situations particulières.  Les réactions de direction sont un peu trop directes parfois. 

Donc voilà, il s’agit uniquement de question de priorité d’usage, d’économies et du fait que je suis plus attaché à la partie cycle qu’aux performances et parfois aux codes.

 

Bon Sony on te remercie vraiment pour toutes tes réponses. Est-ce que tu penses garder cette moto un peu plus longtemps que ta Dyna ? Tu penses qu’elle est suffisamment polyvalente pour affronter les roatrips de plusieurs jours comme les ballades en mode Joe Bar ?

Certains font des roads trip sur des NX125 en traversant toute la France avec madame et les bagages, d’autres sur des 1340 rigides. La moto c’est physique, ça ne sera jamais d’un confort ultime (hors exceptions)  mais franchement ne pas affronter un road trip sur un club basique comme le miens, faut être un peu fragile. Entre la position, la selle ou la petite protection offerte par la bulle, on est très bien. 

Je voulais garder ma Dyna, mais c’était une édition spéciale, j’ai été limité pour ne pas dénaturer l’esprit. Mes soucis de partie-cycle ne m’ont pas dégoûtés car j’en connaissais l’origine finalement. J’ai été séduis par le FXBB lors d’un essai routier et je suis tombé sur une occasion en Or. En plus, n’étant pas spécialement fidèle à un style ou attaché à ce que ce soit une Dyna ou un Soft, on y ajoute la neutralité d’aspect me permettant de dire qu’elle se pliera plus longtemps à mes exigences et je pourrai changer de style quand bon me semblera, le FXBB s’est simplement imposé à moi de façon pragmatique. J’aurais aimé garder ma Dyna mais je n’ai pas les moyens d’avoir 2 bécanes. Chez moi, pour que j’acquière une chose, je dois me séparer d’une autre ou faire un calcul.  Ma Dyna n’est pas perdue de vue, son nouveau propriétaire m’en confie l’entretien courant et je règle les bobos.

Tu vois… la nostalgie camarade d’une moto au caractère unique 🙂

Enfin voilà. J’espère que mon intervention amène autant à en apprendre un petit peu sur ce club style dont on parle de plus en plus ainsi que d’ouvrir un questionnement plus profond sur ce style, pourquoi on l’envisage et ce qu’il entraîne parfois comme changement dans la philosophie HD. Chaque style est une philosophie et une démarche personnelle, c’est l’une des forces de HD.

Sonny je suis sur que ton témoignage intéressera sur ces deux points, d’ailleurs c’est amusant aussi de voir les joutes verbales entre les amoureux des dyna et Softail qui ne comprennent pas le choix des potes qui roulent en touring. La force de Harley c’est que malgré cela on se retrouve tous sur les routes à partager une même passion de la route et le sentiment d’un lien qui au-delà des différences reste puissant.

Avant de tomber dans un lyrisme tout évangélique je tenais à laisser le mot de la fin à deux de tes bros et grands poètes gitans : Nico et Lolo !

Lolo, Ah Sony chui posé dans ma camping avec un flacon du jus de la terre à caresser le tiockel. J’digère le niglo en attedant ton retour.

Nico, Merci mon Sony on va leur manger l’os du coeur aux gajos et après on bicave son brélon de ses morts au Broaam monpral !

 

PS: Mon petit doigt me dit que Freeway va s’intéresser à la question rapidement et tant mieux 🙂

Comment la presse Biker peut-elle être aussi chiante ?

Durant ce confinement, on nettoie, on arrange, on range et on relit des vieux numéros de Freeway et de Moto Heroes et puis sur un coup de folie car on n’achète plus ces revues par lassitude de lire les mêmes sujets, on se laisse tenter par un numéro de freeway en faisant ses course, l’œil luisant et la langue sèche,  comme si on avait déniché un fonds de vieux rhum de 12 ans d’age.

Bien le Rhum il  a mal tourné ! C’est encore pire qu’avant car Freeway s’est désormais diversifié grâce à la montée en puissance de Indians , marque ignorée de ce magazine dans mes derniers numéros de 2013 et se comporte en passe plat obséquieux.

Là d’entrée en ouvrant le hors série, vous prenez 18 pages en couleurs des catalogues de fringues de Harley et de Indian dont le prix du moindre tee-shirt permet désormais de payer le carburant pour un aller retour Marseille avec votre Harley en Stage 3 !

Ensuite viennent les essais sans saveurs et toutes les bécanes vous permettrons de rouler avec des sensations, de voir les gens qui se retournent sur vous et d’avoir une position à laquelle on se fait très vite…

Mais oui bien sur les pieds projetés en avant, les bras à la recherche d’un guidon bas et loin devant sur une FXDR ça devient  » la position de pilotage oblige à prendre ses marques » 🙂 Une bécane qui ne tourne pas avec sa longueur et son pneu arrière démesurée ça devient  » Mais au final on s’habitue, on découvre d’autres plaisirs » Ah bon c’est quoi alors ouvrir en ligne droite le gros moulin Streaming eagle par grand beau temps ?

Les interviews, bonne idée au départ, sont devenues insipides et ressemblent désormais à du publi reportage pour placer un bouquin, un bouclard…

Tout est à jeter alors ? Non parfois il y a de bons essais comme celui sur les touring light avec le  softail Heritage en 114 et la sport glide en 107 où  Philippe Canville retrouve sa plume et nous permet de nous donner une première idée de ces deux montures de manière assez objective.

Mais est ce que les sites webs spécialisées, blogs, les forums, youtube ne permettent pas d’obtenir les mêmes informations sans banquer pour le reste de 80% d’un magazine devenu insipide comme une revue du HOG ou technique comme un copier coller des catalogues des fabricants ?

Il manque de la vie, du peps, des coups de gueule, de l’humour et même de sujets vraiment sympa en fait.

Qui est encore intéressé par le énième reportage sur les mêmes événements  ?

Le nouvel essai d’une Harley dont on vante le confort, l’allonge du moteur qui vous envoie à des vitesses réprouvées par la maréchaussée (pas de mal hein :-)) sans parler du chèque qu’il faudra verser pour retrouver un minimum de sensations  au guidon de ces bécanes de plus en plus aseptisés ?

Vous savez moi j’attends avec impatiente, non pas le moteur 118 en essai sur freeway, mais celle de la Pan America 1250 par Roadtrip qui est un sacré bon magazine. J’ai des envies de rouler bien loin des événements parisiens, de la vallée de Chevreuse et des migrations annuelles du cirque marketing de ces marques.

La Pan America sur les routes de Thaïlande du Nord ça aurait une sacré gueule par rapport à l’essai de la Livewire à Palavas les flots.

Je n’ai même pas abordé Moto Heroes, pas envie d’être méchant pour la belle phrase, donc je dirai simplement qu’après avoir acheté plusieurs numéros j’ai eu une overdose des articles aussi lisses que le papier glacé et une impression d’artificielle, de manque de sincérité et d’images léchées qui ne parviennent pas à me faire rêver ou vibrer à part quelques rares sujets.

RoadTrip reste le seul magazine que j’ai plaisir à lire et qui permet un peu de s’évader, de ressentir le plaisir d’imaginer les routes à venir, les ballades à monter. Au passage je me suis rendu compte que cet avis était partagé par pas mal de bikers et pourtant je pense que Roatrip n’a jamais mis de Harley en avant dans ses pages 🙂

C’est aussi les copains qui en parlent le mieux aussi je leur ai laissé une bonne partie de cet article pour passer leurs réponses à cette question.

Alain

« J’ai laisser tomber très vite Freeway trop HD / MOCO ont est les meilleurs,pareil pour MotoHeroes le magazine des gravures de mode qui vont chercher le pain avec un roadster et qui connait par coeur la Vallée de Chevreuse  » Putain qu’est ce que c’est loin ». Il n’y avait que Wild que j’ai acheté longtemps. »

 

Vince

« Un magazine qui traite que d’une marque c’est pas de l’information c’est de la publicité.
Je ne lisais pas wild non plus. Trop élitiste et pas fan de la fonte.
Je suis abonné à High side sur YouTube au moins ils parlent de tout en plus en se marrant et sans se regarder le nombril. J aime plutôt ça. »

 

Laurent

« Je ne lis plus aucune de ces merdes. Je me concentre plutôt sur des reportages vidéos sur YouTube de mecs qui racontent leurs road trip. Genre blkmrkt et autres sans le genre »

 

Lolo
« Alors, voilà, la presse c’est ça ? Et bien je dirais que pour les gros magazines oui. Et Freeway est, à mon avis, le pire exemple. Ils ne parlent à 90% que d’une marque ! Comment pourraient-ils être objectifs et partiaux ? Le custom ça n’est pas qu’Harley. Et ça n’est pas d’hier, j’ai de vieux numéros et dedans c’est 9/10 Harley. Et puis le summum c’est que 1 à 2 fois par an tu retrouves un beau poster avec tous les modèles de la marque Laughing Laughing Laughing une vraie brochure. Ce qui est fou c’est que cette revue est lue par une majorité de mecs qui aiment les customs mais si demain Harley se met à ne faire que des sportives un ne trouvera plus que ça dans freeway …
Il y avait Wild que j’aimais bien même si ils se la pétaient genre puristes et poseurs, il y avait de super motos et des gars qui connaissaient leur boulot.

Après, le milieu custom en France c’est un microcosme où les gens se connaissent tous, ce qui fait que si tu connais le gars qui connait le gars, tu fais une prépa en changeant trois pièces de ta meule et tu as un article dans freeway.

Personnellement, pour les essais je vais sur le net et je recoupe un max, entre vidéos objectives et articles de pros on peut se faire une idée. Mais on retrouve aussi le phénomène des essais en mode club-med sur le net. La différence c’est que le choix est beaucoup plus vaste et gratuit.

Pour le reste et le plaisir de voir des belles motos avec des articles variés et fait par des passionnés, je lis café-racer depuis de nombreuses années et je pense que c’est un des rares, voire le seul magazine généraliste dans lequel on trouve régulièrement des Harleys. Mais effectivement à part des rares mags qu’on peut garder et relire dix ans après comme café-racer ou moto-héros pour ceux que je connais, la presse moto ne m’intéresse plus depuis plusieurs années. »

Doc
« Ça fait un bail que j’achète plus freeway car leurs articles sont redondants…et surtout axé sur de la pub déguisée.

Je me contente d’avantage de roadtrip magazine…car centré sur des destinations  :  la Corse…la Provence…la presqu’ile du Cotentin.. Les routes du Cachemire..les routes de la soie en orient..tout ça ne se démode pas…
Société de consommation de merde qui cherche a nous fourguer des saloperies aussitôt achetées..  Aussitôt l’attrait de la chose s’évanouira.
Freeway c’est bien pour les gogo…ou le type fraîchement débarqué dans le milieu….tout beau tout nouveau…
Wild disparu  ?  Même pas au courant…je regrette un peu mais en meme temps voir des articles de masochistes rouler sur des fritures a huile hors d’age et proclamé haut et fort qu’ils détiennent la vérité tout en etant vetu a l’identique de la même chemise a carreau de bucheron, ça me fait pouffer de rire »

Conclusion

Alors en conclusion ces magazines survivent certainement grâce au budget pub et aux nouveaux entrants dans le mondes biker , rider et tant mieux ! Mais je crains que peu d’entre-nous y trouvent encore un quelconque intérêt.

Pourtant je rêverai d’un magazine entre Freeway et Roadtrip qui nous raconterait des aventures de virée du coin de la campagne française ou du bout des mondes avec nos machines à gros cylindres ! On est avides de reportages plus libres, d’un esprit plus aventurier moins business, de belles rencontres avec des ITW qui touchent le coeur et non le portefeuille.
Comme dirait l’autre « Nous devons tous nous renouveler, haut les cœurs les gars ! »

 

MAJ

au moment de publier ce billet, Freeway balance un numéro spécial
« Le nouveau FREEWAY Magazine #341 est désormais disponible ! Aux circonstances exceptionnelles il fallait un numéro exceptionnel. Celui-ci marquera les esprits pour plusieurs raisons : sa couverture illustrée par David Vicente et son cahier central spécial “Stay in your Garage”, qui servira de témoignage futur de la manière dont les bike builders français meublent leur confinement.
En vente dès aujourd’hui dans tous les kiosques encore ouverts et supermarchés, à qui nous apportons notre soutien et nos remerciements. #stayinyourgarage »
Freeway