Un scrambler Harley pour affronter le désert !

On va vous présenter notre aventurière du mois qui est une jeune femme n’ayant pas eu peur d’affronter le désert  et les montagnes du Maroc au guidon d’un sportster Harley-Davidson transformé en scrambler.

 

Bonjour Céline, je suis bien content que tu ais accepté de nous répondre car normalement on a que des gros chauves et tatoués qui acceptent de nous parler 😉 

Peux –tu te présenter en quelques mots et nous dire comment tu es arrivée dans l’univers Harley ?

Bonjour Vincent ! Merci à toi pour l’invitation.

En quelques mots : j’ai encore tous mes cheveux, je rentre toujours dans mon slim et je n’ai aucun tatouage.

L’univers Harley (et moto en général) est initialement très loin de mon monde. J’ai découvert la marque dans le cadre de mon travail. A force de (très) belles rencontres et d’implications, je me suis prise au jeu, enfin j’ai carrément chopé le virus. Je me suis rendue sur différents rassemblements et en rentrant en 2015 des Morzine Harley Days, je me suis jurée que 2 ans plus tard les rides ne se feraient pas sans moi. J’ai obtenu mon permis en mai 2016 (alors que je n’avais jusque-là jamais conduit de 2 roues) et j’étais au guidon l’été dernier.

Tu avais juré de passer ton permis moto après avoir encadré des essais Harley-Davidson et tu as tenu promesse, alors depuis tu roules sur quoi comme machine ? 

Attention, cette question blesse. Pour différentes raisons je n’ai pas encore eu l’occasion d’acheter de moto. Premiers essais après le permis : l’Iron 883 et le Roadster (qui est sorti à 10 jours prêts lorsque j’ai eu mon papier rose). J’ai également testé le Forty-Eight, la Street 750 et la Street Rod. Je n’ai pas encore testé de Softail, ça ne serait tarder. Pour ma première acquisition, un Sportster probablement… J’attends avec impatience de pouvoir essayer le nouvel Iron en 1200 avant de me décider.

Alors parle-nous de ta dernière aventure car on a vu sur twitter des photos superbes de sportser Harley transformés en scrambler pour traverser les montagnes du Maroc alors que nous on se gelait ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière, et finalement première grande aventure. Je suis partie 8 jours avec Roadtrip Factory pour le voyage inaugural de Terres de Scrambler au Maroc. 1500km pour découvrir les secrets de l’Atlas. Soit plus de routes que ce que je n’avais fait jusque-là depuis l’obtention de mon permis. Imaginez le challenge.

Au démarrage, mes premiers mètres furent laborieux. Clairement je les soupçonne tous d’avoir pensé que je n’arriverais même pas à sortir de Marrakech. J’ai finalement pris rapidement mes marques.

Nous avons fait 150 à 250 km par jour en traversant des paysages à couper le souffle : canyons, montagnes, cols, sable, neige, routes en épingle à cheveux, il était parfois difficile de savoir exactement où nous nous trouvions tellement les vues étaient différentes et spectaculaires. J’ai fait mes premières pistes, pris des routes que je n’aurais même pas osé arpenter en vélo, roulé sous la pluie, le vent, dans le brouillard, la neige, bref ce fut un stage de perfectionnement complet.  Les journées se sont enchainées, à travers les contreforts de l’Atlas, alternant les points de vue, les décors et les couleurs. Téméraire mais pas inconsciente, il y a certains passages techniques durant lesquels j’ai été relayée. Dans l’ensemble, je crois que je ne m’en suis pas si mal sortie.

Je me suis sentie tellement libre durant ce voyage, presque perdue dans cette nature renversante, rencontrant des nomades et des gens que nous n’aurions jamais pu rencontrer si nous n’avions pas emprunté ces chemins secrets. Nous avons passé nos déjeuners, dîners et nuits dans des endroits merveilleux dans des habitations typiquement marocaines accueillies par des gens chaleureux et heureux de partager avec nous. Le groupe était attentionné, prévenant, tout l’esprit Harley-Davidson que j’avais perçu quelques temps avant et qui m’avait poussé à passer le permis.

J’ai grandi pendant ce voyage, j’ai beaucoup appris sur moi-même et je suis définitivement sortie de ma zone de confort. Ce premier voyage sur la route était un nouveau pas vers ma liberté, un rêve à poursuivre.

Et pour la petite histoire, on était gelés aussi là-bas ! Au milieu du voyage à près de 3000 mètres, on a roulé à côté de la neige, extrémités glacées et passé une petite nuit sans chauffage à – 7 degrés sous 4 couvertures tout habillés.

Quelques mots sur la moto :

La moto est un Sportster Iron avec des évolutions pour obtenir un Scrambler de caractère prêt au voyage :

– pneumatiques adaptés au off-road

– guidon style motocross

– grille de phare

– sabot moteur

– pots d’échappement surélevés

– stage 1

– ressort de fourche avant renforcé

– pare-jambe

– un porte paquet et une petite sacoche réservoir

Le concessionnaire de Casablanca a en supplément épuré au maximum l’avant en déportant le compteur à gauche et lui a réalisé une peinture ocre effet « rouille » pour se fondre dans les décors.

J’ai adoré cette moto, belle, au couple moteur généreux pour s’encanailler sur les plus beaux des chemins qu’ils soient faits d’asphalte ou off-road.

 

Merci Céline pour ce partage et on attend ton retour sur l’essai des nouveaux sportster qui nous ont aussi tapé dans l’œil chez Broaam, peut-être une occasion de rouler de nouveau ensemble.

Le breakout 2018 : un essai qui laissera un bon souvenir

Chez Broaam.fr on vous propose des essais de purs amateurs de belles motos. Nos essais ne ressemblent donc en rien à ce que vous pourrez trouver sur des blogs de professionnels. Pourquoi ? Tout simplement car nous ne cherchons qu’à vous transmettre notre ressenti sans nous appuyer systématiquement sur les références techniques des motos essayées. Et c’est aujourd’hui le Breakout qui va en faire les frais.

Alors, ce breakout ? Bien ou bien ? Pour l’occasion, l’équipe « relations presse » d’Harley France, nous a une fois de plus fait confiance en nous prêtant deux « Softail » de la gamme 2018 pour un après-midi complet. Et comme nous avions le choix, j’ai moi-même tenté l’aventure avec ce joli bolide, que trop souvent l’on associe aux terrasses de café. Non, je suis sérieux, il vous suffira d’approfondir vos recherches sur ce modèle pour vous rendre compte que ce qu’il en ressort se résume à « Elle est superbe pour frimer mais pas très docile une fois sur la route ».

Le breakout en version 114
Le breakout en version 114

Imaginez une seconde avec quel à priori je partais !

En ce jeudi d’automne, nous voici donc en train de quitter la banlieue parisienne pour rejoindre les plaines de Seine et Marne en direction de Vaux le Vicomte. Ok, vous allez me dire que pour tester la bête sur ses capacités à aborder les courbes, il y a mieux comme destination. Oui, mais cela est sans compter les 40 ronds-points à passer avant de rejoindre les étendues de champs de betteraves ! Et là d’ailleurs fut ma première surprise. Elle sait aussi tourner cette moto J.

Son pneu de 240 ne laisse pas indifférent
Son pneu de 240 ne laisse pas indifférent

Non, sans déconner, je ne tenterai pas d’expliquer le pourquoi du comment mais la relation entre la grande roue avant positionnée sur cette fourche qui essaie de ressembler à celle d’un chopper, et ce pneu énorme de 240 à l’arrière, provoque finalement un sentiment de légèreté sur l’avant qui fait, qu’après le 6ème rond-point, je les abordais plus vite que je ne le fais avec mon vieux Dyna FXDF 2009 et son gros pneu avant. Pour ceux qui connaissent la version précédente, 2017 et moins, il paraît que la différence de maniabilité est incroyable (dixit le staff Harley)

Une fois arrivé en rase campagne, qui plus est, avec une météo hostile, un plafond très bas et du brouillard, j’ai tout de même pu ouvrir les gaz pour en prendre un peu plein la g….. Je vous confirme que le 114 CI, pousse énormément ! Il n’était pas prudent sur les petites départementales de monter le compteur vers des sommets mais la rapidité d’expression du moteur fait, qu’en un rien de temps, vous vous retrouvez dans l’obligation de freiner. Et là…le freinage, mais quel progrès !!! Merci d’avoir enfin compris qu’il était indispensable de pouvoir freiner correctement. La reprise de mon vieux Dyna m’a d’ailleurs fait tout drôle après cet essai J

Une fois la maniabilité, la puissance et le freinage testés, que reste t il ? Et bien plein de petites choses qui font que l’on aime ou pas une machine. La position de conduite avancée par exemple. Personnellement j’en suis un adepte depuis 8 ans alors celle-ci est adaptée à cette moto et oui, mieux vaut ne pas être trop petit au risque de devoir faire comme Michel Sardou et mettre des talonnettes.

Compteur digital
Compteur digital

Le compteur, lui par contre, n’a pas vraiment retenu mon attention. Bien que très lisible, je préfère tout de même les compteurs classiques. L’assise, elle est bonne. Associée au nouveau cadre et à cette suspension centrale, unique sur la gamme, le confort est vraiment présent et je ne sais pas si le 240 y est pour quelque chose, mais j’ai eu le sentiment de pouvoir absorber les défauts de route avec moins de souffrance dorsale. Pour finir sur quelques commentaires tout à fait subjectifs sur l’esthétique, je ne trouve pas l’optique avant très beau même si je ne doute absolument pas de son efficacité, et vu du pilote, ça fait vraiment              « plastoc ».

Par contre la mise en valeur du bloc moteur dans un ensemble chromé est très réussie à mon gout et la ligne d’échappement en 2 tons est assez jolie également. Bien sûr, même si Harley a tout fait pour sortir le meilleur son autorisé selon les normes européennes, ça reste tout de même très aseptisé. Il vous faudra devenir un hors la loi si vous souhaitez retrouver le potatopotato mythique de la marque.

Laurent, essayeur et rédacteur 🙂

A bientôt pour d’autre aventures et n’hésitez pas à partager vos avis, que vous l’ayez vous aussi testée, ou pas.

Merci à Harley-Davidson France pour cet après midi d’essais

Rétrospective 2016 et des souvenirs de bikers

Il est l’heure de faire la rétrospective 2016 ! Cette année qui vient de s’écouler nous aura permis de rouler en solo ou entre potes mais surtout d’avaler des kilomètres, de voir des paysages, de faire des rencontres, de connaître des émotions et nous sentir vivre pleinement.

Rétrospective 2016

La magie du Big Twin c’est de transporter nos corps et nos âmes et de nous permettre de vivre des moments pendant lesquels rien ne compte plus que le bruit du moteur, la pression du vent, la route qui défile et l’assurance de partager des souvenirs avec nos ami(e)s.

Par Vincent Berthelot – @VinceBerthelot

Pour cette rétrospective 2016 mon souvenir le plus marquant se situe dans le sud de la France. Je devrais dire »les souvenirs » car je suis descendu deux fois depuis Paris. La première avec une bonne troupe de journalistes et le staff Harley France pour essayer les modèles Touring sous le signe du confort et de la découverte en tant que poireau de ces bécanes imposantes. De belles routes, de beaux moments de partage et de rigolade.

Route en Harley-Davidson Rétrospective 2016 et des souvenirs de bikers

Sur la route de Grimaud …

La seconde fois quand nous avons fait la Sud Bike avec les copains de France Street Bob et que nous sommes passés par les gorges du Tarn, la route des crêtes …

Nous venions de faire 100 km de virages dans les gorges du Tarn quand le copain Eric s’arrête brusquement et commence à chercher fébrilement ses lunettes ! L’homme est consciencieux et après avoir inspecté le moindre recoin de sa personne et de ses bagages nous annonce qu’il avait du oublier ses montures au petit restaurant du village à mi-parcours. Il nous dit de continuer et qu’il nous rejoindra !

Un vrai seigneur de la route cet Eric, mais autant les copains en duo se voient mal refaire le chemin inverse autant avec le grand Stax l’idée de laisser partir seul notre pote à moitié bigleu et sans tête ne nous rassure pas ! Donc nous voila repartis faire la route en sens inverse et enchaîner les pif paf, les courbes sans visibilité, les épingles à cheveux, les lacets plus prévisibles à un rythme soutenu.

Photos de Harley-Davidson et de bikers Rétrospective 2016 et des souvenirs de bikers

Nous n’avons bien entendu pas retrouvé les lunettes mais en revanche on a dégusté une excellente bière avant de s’attaquer de nouveau à ces virages de manière très décontractée. Autant vous dire que le soir on faisait plus de bruits que nos Harley !

Xavier Crépet, Directeur Marketing et Communication chez Harley Davidson France

@XavierCrepet

Xavier Crepet - Harley-Davidson France

Rétrospective 2016, ce dont je suis le plus fier

Cela m’éloigne de ma mission professionnelle chez Harley-Davidson, mais après 21 ans de coupure avec ma formation initiale en Ecole de Commerce à Grenoble Ecole de Management, j’ai ressenti le besoin personnel de revenir sur les bancs de l’école pour me mettre à jour de certaines matières et m’ouvrir à d’autres.

J’ai donc entrepris de commencer une formation Executive MBA à HEC en janvier 2015 en parallèle de mon job et autres obligations familiales avec la charge de travail en plus qu’il a fallu absorber le soir, le week-end, et y compris pendant des événements Harley ! Je me rappelle avoir repris la rédaction de mon mémoire à l’issue des concerts du soir à l’Euro Festival dans mon bungalow au son et vibrations des graves jusqu’à des heures avancées dans la nuit.

En juin 2016, cette triple vie pro – perso – étudiante a pris fin avec la remise des diplômes et des félicitations du jury.

Depuis, je redécouvre la liberté et des envies irrésistibles de rides que je compte combler dans mes résolutions 2017 !

Sur la route en Harley-Davidson

Le ride marquant en 2016

Malheureusement j’ai manqué une belle occasion de ride en février 2016 qui avait pour but de faire découvrir notre dernière gamme Touring à la presse sur les routes de la région d’Oman, bien éloignées et différentes de la traditionnelle Route 66 aux US.

Mon cycle d’études en a voulu autrement et j’ai dû me faire une raison tout en acceptant difficilement de céder ma place à un autre ! Bien heureusement, il y a une justice dans ce monde et j’ai pu me rattraper en septembre 2016 en accompagnant le voyage presse qui allait faire découvrir notre nouveau moteur Milwaukee-Eight sur la nouvelle gamme Touring dans les environs de Seattle aux Etats-Unis.

J’avais déjà été dans la région il y a quelques années mais en camping-car pour explorer le nord de la ville et la partie ouest du Canada. Cette fois-ci, j’ai pu découvrir aux guidons de la dernière gamme Touring la partie ouest donnant sur les côtes sauvages du Pacifique, soit près de 650 km de routes dans les fabuleux paysages de l’Olympic National Park partant de Tacoma, en direction de Port Angeles en bordant routes côtières, lacs immenses au bleu profond et montée de col. A part les quelques panneaux de soutien à Trump rencontrés au milieu de cette nature omniprésente, j’ai pu (re)vivre le Touring tel qu’on le rêve.

Georges Asséo , Selleries Georges

Georges - Selleries Georges

Ce dont je suis le plus fier pour cette rétrospective 2016 c’est de ma marque Sellerie Georges qui progresse de jour en jour.

Mes meilleurs souvenirs à moto ?

D’être rentré fond de six dans le Raidillon de l’Eau Rouge à Spa-Francorchamps, un circuit de Grosses Ouilles.

Mon Road Trip au Vietnam, 2430km en scootbite totalement à l’aventure, la truffe en l’air, incontestablement le plus beau voyage de toute ma chienne de vie …

La page facebook de Sellerie Georges

NHS, Patron du forum de France Street Bob

NHS

Quand je pense à cette rétrospective 2016, je suis heureux que le forum F.S.B ait fêté ses 10 ans depuis sa création par Fred, ce qui est rare pour un forum, et encore plus quand il est créé pour discuter d’un seul sujet, en l’occurrence  le Dyna Street Bob.

10 ans que ça dure, 10 ans que des gus sont pressés de se retrouver quelques week-ends par an dans des rassemblements mis en place par des membres aux quatre coins de la France, des virées, des bouffes. Tout cela a créé de superbes rencontres, une ambiance bien à part sur ce forum, des mecs sont prêts a faire 900 bornes juste pour aller passer deux jours avec des potes, voila c’est ça FSB, c’est ça que Fred a créé et que nous faisons vivre depuis.

Trio

Mes beaux souvenirs de l’année, ce sont justement ces moments, les virées dans le Sud, l’île de France, l’arrache en Normandie sur un terrain de camping du bout du monde et des réchauds pour la bouffe le soir, les restos, les potes qui viennent passer quelques jours à la baraque, la route ensemble, les grands éclats de rire pour nos délires, … enfin vive 2017 🙂

Le forum de France Street Bob

Mika, Forge Ton Surin

Chopper BSA de Mika

Rétrospective 2016 ? Mon meilleur souvenir en moto c’est le jour où j’ai fait le test drive de mon chopper BSA. Pour cela je l’ai emmené à Mécrin en camion et sur place je me suis payé un petit tour de quartier, sans casque (je sais c’est pas bien mais bon « rock n roll »).

Couteau ETS

Quant à ce dont je suis le plus fier, s’il doit s’agir d’un de mes couteaux, c’est dur car je suis un éternel insatisfait alors je ne parlerai pas en qualité de réalisation mais plutôt en plaisir, celui d’en offrir un pour l’anniversaire d’un très vieil ami. Nous sommes nés le même jour à 20 ans d’écart et il était très touché par ce cadeau.

Pour Mécrin c’était juste un gros plaisir de faire craquer le chopper là où je suis hangaround c’est à dire au Chapter 176 des Boozefighters … Un vrai « kif » !

La page Facebook de FTS

Gaëlle, Directrice de l’agence RP et Evènementiel Epicure Partners

Gaëlle

Photo (C) Laurent Nivalle

Difficile, en quelques lignes, de te dire ce dont je suis le plus fière sur 2016, tellement l’année a été riche.

En 2015 c était l’obtention de mon permis et peut-être puis-je être fière d’avoir parcouru plus de 20.000kms en 2016 dont quelques milliers seule, à travers la France.

D’où la réponse à ta seconde question. Mon meilleur souvenir en moto pour cette rétrospective 2016 : mes vacances, seule avec mon 48.

En Juillet, pour des vacances idylliques,  j’ai pris la décision de concilier mes 2 passions, la moto et l’équitation. S’en sont suivis presque 3 000kms sur les petites routes de France en direction de la Corrèze, via le plateau des Mille Vaches où durant une semaine je montais à cheval le matin et ridait l’après-midi. Ceci non sans quelques petits tracas mécaniques, à commencer par la perte de mon silencieux dès le 1er jour (mais ça c’est une autre histoire).

Pour la suite, j’ai pris la direction du Sud-Est à travers les Cévennes, le Gard, le Pays d’Aix, Marseille, Cassis et retour par les Côtes du Rhône, le Beaujolais et le Morvan.

Tous ces paysages, l’odeur des pins, des bois, les routes diverses et variées, à découvrir seule au guidon de ma moto, marqueront cette année-moto 2016.Trip en moto en France

Jon – Cars Passion

Rétrospective 2016… motorcyclement parlant, ce fut pour moi une année pleine de rides et de rencontres toutes aussi sympathiques les unes que les autres, les kilomètres et les bons sentiments se sont accumulés.

 

Petite surprise pour moi, lors de l’essai du Fat Boy S, j’ai eu l’occasion de rouler quelques bornes avec Chazster, s’en est suivie une séance photo improvisée qui nous a valu d’être sur les réseaux sociaux de Harley-Davidson, la maison mère.

Mon meilleur souvenir restera quand même un ride dans un convoi de 34 motos, en direction de l’Ile d’Oléron, juste incroyable de se retrouver à coté d’un suédois et de sa longue fourche. Et pour terminer l’année, rien de mieux que de visiter la Rochelle… en partant de Montpellier !

Et vous ?

A vous maintenant ! Pour compléter cette rétrospective 2016, votre meilleur souvenir moto, c’est quoi ?

Le Fat Boy S ou une Harley sans défaut ?

Le pitch !

Fin octobre on se prévoit un restaurant vers la Normandie entre copains adeptes du Street-Bob. Vu le temps ce sera l’autoroute et franchement pas la tasse de thé du Street Bob ni de son conducteur que de s’en prendre plein la quiche sur l’autoroute vu les températures.

Comme j’avais envie de tester un autre modèle de chez Harley après quelques échanges, le Road King allant au salon de la moto on me propose d’essayer le Slim S ou le Fat Boy S. Le Fat Boy c’est tout de même une référence chez Harley alors je décide de voir si la bête a bien vieilli depuis Arnold !

Premiers tours de roue

Le jour J je vais percevoir le monstre noir auprès de Fabrice le magicien de H-D qui concède qu’avec ce moteur Screaming Eagle, lui qui roule sur des H-D en stage 4, on commence à trouver la mécanique sympathique.

Me voilà donc parti avec toute la prudence qu’invite une moto de plus de 330 kg avec un couple de camion US et une chaussée humide.

Parvenu sur le petit tronçon d’autoroute j’ouvre un peu et je commence à me dire que l’essai va être sympa. Je suis assez surpris par la bonne maniabilité du Fat malgré ses kilos et ses grosses roues dès qu’on décolle des 5 km/h. En revanche prudence sur les petites manœuvres, car devers, nids de poule, chaussée détériorée et la moto peut vite embarquer !

Test essai Harley-Davidson Fatboy S

La ballade test de la Terminator S

Le samedi un beau soleil m’accompagne pour les 170 km me séparant du restaurant et là tout le temps de profiter enfin de ce fameux 110 Screaming Eagle.

Comme dirait un ami poète du burn-out « Ca envoit du pâté ! ». Sur l’autoroute j’ai arrêté de jouer passé certaines vitesses qui même la tête sur le réservoir, les pieds sur les repose-pieds arrières, te conduisent à un arrachement des cotes ou déboîtement des cervicales.

Clairement la bécane a de l’allonge mais n’est pas faite pour cruiser au-delà de 130 Km/h. Remarque si c’était mon objectif : ce n’est pas chez Harley et surtout pas ce modèle vers lequel je me serais tourné donc rien de surprenant ni d’affligeant dans cette limite de vitesse répréhensible stabilisée sur autoroute.  Par contre tu doubles en un clin d’œil n’importe quel véhicule entre 80 et 120 km/h d’une torsion du poignet droit avec en plus un très joli son d’origine. Si tu te mets en mode essorage de poignée, là un conseil bien se caler et prévoir large ! La 6 est une overdrive qui vient t’afficher un petit 6 vert tout mignon sur le compteur

Ayant accumulé assez de tensions pour justifier ma fréquentation assidue du massage thai je décide de quitter l’autoroute avant la fin et prendre de jolies petites routes vers Acquigny.

Là c’est le…PLAISIR… cette moto a une bonne tenue de route avec un amortissement très correct et un moteur FANTASTIQUE !! L’effet catapulte déjà présent sur le Street Bob en 1700 devient ici une véritable expérience du je tourne la poignée, je freine avec une pédale frein arrière impecc, je penche, je remets les gaz et ainsi de suite avec une vraie mélodie dans les sons. Ca grogne, ça s’envole et le rupteur il faut vraiment allez le chercher, non pas chez ta voisine, mais vers 140 pour la 3ème par exemple… ce qui te met l’arrêt des gaz à 5500 tours.

On a beaucoup moins d’inertie et d’élasticité que sur les moteurs 103 de la gamme, dans les tours ça tabasse de suite et gaffe dans les embouteillages à bien maîtriser cette fougue !

La moto est massive mais belle avec l’avant imposant, ses pots et son filtre travaillé, les tubulures en acier, le confort remarquable en série, le moteur époustouflant, un freinage progressif mais efficace. Vous allez me dire le prix alors et oh surprise, correct, et même intéressant par rapport au reste de la marque.

fat_boy_s

Des points négatifs ou 10/10 technique et expression?

Bon on n’est pas au patinage et je n’ai pas eu de franches dérobades d’ailleurs sur les accélérations franches dès la seconde.

Deux points à mon avis:

  • La position de conduite est confortable pour rouler gentil mais on a envie de tout sauf d’être gentil en compagnie de l’épaisse brute. Alors tu ouvres les gaz comme un goret et là tu te raccroches vite au guidon avec le poids sur le bas du dos ou ton noble séant car les plateaux sont trop en avant. Je rêverais de commandes médianes comme sur mon Street pour mieux piloter cette machine.
  • La consommation est conséquente, mon Street-Bob est un chameau par rapport au Fat qui porte bien son nom et consomme gras. Si vous avez l’envie de jouer à la catapulte, aux accélérations grandioses, ne comptez pas faire plus de 230 km avec un plein .

Pour certains ce sera la garde au sol mais on m’avait tellement prévenu que j’ai enroulé et frotté une seule petite fois et j’ai pris de belles courbes sans appréhension. Bon je vous concède aussi que je n’ai pas non plus le genou à 3 centimètres du sol ni les reposes pieds du Bob affûtés comme un coupe-chou. A voir donc avec un artiste du point de ligne mais ce qui devait être un handicap n’a pas du tout gâché mon plaisir.

Alors cette Fat Boy S au final ?

Franchement c’est une machine coup de cœur mais une très bonne machine qui peut s’accommoder du quotidien tout de même car j’ai survécu à quelques bouchons bien parisiens.

Si vous étiez intéressé par un Fat Boy, réfléchissez bien car là plus besoin de Stage 1, avec les pots, la carto, le filtre qui ne vous donneraient pas le même moteur de toute manière (les gens de chez Harley vous expliqueront les arbres à came, taux de compression et zeste de Terminator si vous leur demandez pourquoi)

Elle est tout à fait apte à faire des longs trajets si on roule plus cool et vous pouvez essayer de vous allonger un peu plus dans ce fauteuil comme dans un rocking chair pour atténuer le vent. Vous n’aurez pas de méchants coup de raquette comme sur un Street-Bob.

Elle a un look d’enfer, pas de prise de tête de personnalisations ou améliorations indispensables non plus. Par rapport au Street Glide que j’avais essayé, elle est 10 fois plus enivrante à conduire. Reste à tester un Road Glide par exemple avec cette motorisation (Hein Monsieur Harley!)

fat_boy_s_HD

Conclusion

Ce Fat Boy S c’est avant tout un MOTEUR et si c’est ce que vous recherchez, vous vous ferez à ces petits défauts qui sont au demeurant des appréciations personnelles.

Je ne changerai pour l’instant pas mon Street-Bob de 1700 même avec deux barils d’huile pour celle-là mais comme seconde moto elle serait en tête de liste. En fait mon Street Bob édition spéciale, il est rare, j’adore sa position de conduite et son agilité de bobber dépouillé. En revanche après cet essai je vous le dis ce sera la case stage 1 musclé dès 2016 !