Montage d’un Easyclutch sur une Harley Street Bob

Hé bien oui j’ai cédé à cet accessoire qui fait aussi honte à certains bikers que de rouler sur une allemande ou une japonaise ou boire une menthe à l’eau en compagnie du HOG.

A propos d’allemande je précise de suite que c’est bien easy clutch et non easy dutch donc pour les plans teutons allez voir ailleurs ! Quoique l’on vous proposera le compte rendu d’essai d’une teutonne bientôt 🙂

J’avoue j’en ai eu marre d’avoir des crampes avec un embrayage aussi dur qu’une brioche de 10 jours et un point mort aussi fluctuant que les prévisions météo.

Alors j’ai trouvé cette pièce, le easy clutch et pas cher, enfin la pièce environ 40 € car votre concessionnaire vous prendra bien dans les 300 € tout compris pour la mettre en place.

La solution ? Vous mettre à la mécanique ! Bon là certains qui me connaissent pouffent et ils ont raison puisque je ne suis même pas capable de régler le jeu de ma poignée d’embrayage pourtant il parait que c’est facile selon mon maître en mécanique Eric dit Rico pour les intimes.

A le voir onduler son corps autour de la moto ça semble en effet facile mais pour ma part dès que j’essaie de dévisser un truc ça part en sucette.

Alors messieurs dames grâce à la coopération de Rico deluxe voici le montage de la fameuse pièce qui va vous changer la vie en adoucissant cette foutue poignée d’embrayage.

En premier on détend l’embrayage, genre 1 ou 2 jack et une clope puis une petite discussion tranquille… ou plus efficace en le dévissant.

Il faut ouvrir ensuite la jolie trappe de l’embrayage avec ses 6 vis qui font bien sûr de la résistance mais beaucoup moins les malines quand le rico il leur a mis un coup de marteau sec dans la gueule. Ca je sais faire aussi  sur ceux qui critiquent mon goût vestimentaire à moto !!!

Par contre faut démonter les silencieux si non ça passe pas et ça c’est toujours un peu chiant…

Ensuite c’est là différence entre un mec comme moi et Eric pour sortir l’ancienne pièce il faut enlever un serre clip et là moi, soit je le péte soit il se détend et je le mets sur orbite ! L’homme lui reste calme comme un chirurgien zen et réussit l’opération de changement de pièce puis celle de remettre le clip à la seconde tentative. Là on voit l’artiste,  il y a 3 petites billes d’acier et l’astuce pour les faire tenir : de la bonne graisse bien épaisse !

L’easyclutch c’est la pièce gris clair 🙂

On remet le boitier, on resserre les vis, on remonte les silencieux, on retend le câble et on vérifie l’embrayage qui doit s’être bien adoucit.

Après on test comme lors d’une bonne arrache bike de 4 jours de 700 km sous la borne et on comprend au retour qu’il y a un problème. Plus de point mort…du tout ! Des vitesses qu’on passe à grands coups de latte et une moto qui en première, poignée tirée d’embrayage à fond continue d’avancer !

Cool je dois éteindre le moteur à chaque feu rouge et tenter de rouler le plus possible sur la même vitesse.

Je prends donc RDV avec le docteur Rico qui aura besoin de 5 minutes pour remettre tout cela d’équerre en retendant cette connerie de câble qui avait trop de jeu.

Pour fêter cela on se fait une petite ballade et là satisfaction le point mort est ressuscité d’entre les pignons et la poignée demeure virile mais supportable en revanche grosse surprise après essai l’embrayage de sa nouvelle Deluxe est plus doux que le mien avec le easyclutch ! Ce gars est un sorcier !

Vous avez mis cette pièce ou vous y pensez ?

 

See you on the ROAD !

 

Echappement de Harley : retrouvez la voix !

La désillusion est souvent là-même à l’achat d’une Harley neuve sur le bruit plus que discret et clairement étouffé que produit la bête.

On se dit que l’on va s’y faire, que le moteur va se libérer… et on en vient à tourner à 80 et en 5 ème la poignée de gaz pour entendre un semblant de symphonie du potato légendaire !

A part quelques cas pathologiques que l’admirable psychologue Julien Lepers a su détecter avec finesse, la plupart d’entre nous n’avons pas encore choisi d’acheter une Harley électrique et aimons avoir un son en regard de la cylindrée de notre monture.

Qui ne s’est pas retrouvé en inter file, dans un embouteillage en se demandant si le célèbre « Louds pipes save life » n’était pas justifié ? Ces motos sont devenues tellement discrètes que même un bon coup de gaz dans la circulation parisienne ressemble à un coup de klaxon au décollage d’un 747.

Vous perdrez avec des pots libérés un avantage de nos montures en hiver qui est de réchauffer toute personne à moins de 5 m de votre moteur ce qui peut être me direz-vous un véritable aimant à nanas frileuses.

Nous sommes donc d’accord que l’idée n’est pas de rouler avec des boules Quiès pour ne plus entendre son moteur transformé en engin agricole et jouer à celui qui a le plus gros son.  C’est juste de redonner un peu de voix au Big twin et si possible libérer un peu le moteur par une meilleure circulation d’air.

Vous n’êtes pas pour autant sorti de l’auberge car là des tonnes d’information sont disponibles qui vous mèneront de mufflers en stage 1,2 ou 3 et sondes sans parler de cartographie.

Quand vous-voulez avoir plus de son sur votre Harley et que vous allez voir votre concessionnaire il va vous sortir la même fiche que le dernier Freeway avec d’excellents silencieux comme les Kess tech, Akrapovic, Sebring pour les plus connus et homologués. Homologués ça rassure ! Ah oui mais Freeway a juste oublié de vous dire que ces pots en mode homologué ne font guère plus de bruit que vos pots actuels et que donc oh magie ils bénéficient d’une petite molette, chicane amovible ou autre accessoire qui permet de modifier le rendement du pot et donc de le rendre … non homologué !

A ce propos un ami avait une de ces petites merveilles à 2000 € qui lui permettait de changer le son de ses pots d’un coup de doigt sur un interrupteur et en marche. Il s’est fait arrêter 4 fois dans son coin par les mêmes policiers qui n’arrivaient pas à comprendre le tour de magie. La dernière a été douloureuse car ils s’étaient fait accompagner d’un motard de la police spécialiste et qui du fait en 5 minutes avait trouvé le bouton magique. L’histoire s’est terminée après pas mal de discussions par amende salée sans cocktail, remise aux normes et présentation sous deux jours mais possibilité de repartir avec la moto. Hé oui au pire les forces de l’ordre peuvent immobiliser votre véhicule.

On a donc essayé de faire plus que simple avec une solution artisanale et économique que bien entendu nous n’encourageons pas par respect des fleurs, des petits oiseaux et de la nature si bien protégée entre nos incinérateurs, aéroports, pesticides…

L’idée est de trouver des pots d’occasion du même modèle que le vôtre auprès de vos copains ou du bon coin et de ceux qui ont changé leur pot stock pour de l’after market. Et je peux vous dire que ça ne se vend pas grand-chose.

Ces pots vous allez gentiment les aérer en prenant votre perceuse préférée et une bonne mèche d’au moins 15 centimètres et d’un diamètre pas trop important si vous ne voulez que libérer gentiment votre Harley sans faire trembler tout un quartier.

La manœuvre est tout de même radicale puisque vous ruinez définitivement une grande partie du fonctionnement de votre pot catalysé et au passage regardez ce qu’il y a à l’intérieur de ce pot pour comprendre le bruit et les sensations : C’est un pot quasiment bouché par une grille très fine qui en effet doit retenir pas mal de saloperies au prix de pots bleus et d’un moteur barbecue. A droite de la photo vous voyez le support du pot qu’il vous aura fallu démonter.

Avant

pot-catalysé

Vous allez ensuite démonter vos pots neufs avec les quelques boulons qui les maintiennent et tirer gentiment pour qu’ils viennent afin de les mettre au chaud.

Suivez l’artiste Eric en vidéo

Bon une fois la bête dépouillée cela cela donne ça et si vous avez la malencontreuse envie de voir le bruit que ça fait préparez-vous à des acouphènes durant les prochaines 123 heures, Mirage IV en vue !

pot-libre

Maintenant il faut  les remplacer par ceux qui ont bénéficié de votre habileté mécanique.

Après

Que la lumière soit !

pot-perçé

 

Vous pourrez avoir quelques pétarades durant les 100 premiers kilomètres histoire que l’électronique fasse son boulot sur votre cartographie mais normalement rien de génant.

Le son est juste sympathique avec un trou de 10 mm et ne vous vaudra jamais les foudres de vos voisins ni des amis en bleu à moins de vouloir jouer à l’abruti de première en poussant à fond les gaz. Vous allez sentir une modification du comportement de la moto qui prend plus facilement des tours et accélère plus franchement. Je n’ai pas vérifié si le moteur chauffait moins qu’un barbecue coréen mais l’hiver nous permettra de tester.

On évite pour l’instant de parler de la valve d’ouverture et comment shunter celle-ci avec un leurre mais pour les plus techniques n’hésitez pas à mettre votre commentaire 🙂

Pour donner une comparaison du son ils sont légèrement moins sonores que mes Screaming Eagle en stage 1 sur mon ancien Sportster.

Maintenant évidemment parlez-en avec votre cons ou votre gris avant de vous lancer dans une telle aventure pour peser le pour et le contre en fonction de vos attentes, votre budget, votre garantie constructeur, votre respect de la loi et de l’ordre, votre maman …

 

PS  : Merci à notre artiste mécano Eric

Eric The mechanic