Un scrambler Harley pour affronter le désert !

On va vous présenter notre aventurière du mois qui est une jeune femme n’ayant pas eu peur d’affronter le désert  et les montagnes du Maroc au guidon d’un sportster Harley-Davidson transformé en scrambler.

 

Bonjour Céline, je suis bien content que tu ais accepté de nous répondre car normalement on a que des gros chauves et tatoués qui acceptent de nous parler 😉 

Peux –tu te présenter en quelques mots et nous dire comment tu es arrivée dans l’univers Harley ?

Bonjour Vincent ! Merci à toi pour l’invitation.

En quelques mots : j’ai encore tous mes cheveux, je rentre toujours dans mon slim et je n’ai aucun tatouage.

L’univers Harley (et moto en général) est initialement très loin de mon monde. J’ai découvert la marque dans le cadre de mon travail. A force de (très) belles rencontres et d’implications, je me suis prise au jeu, enfin j’ai carrément chopé le virus. Je me suis rendue sur différents rassemblements et en rentrant en 2015 des Morzine Harley Days, je me suis jurée que 2 ans plus tard les rides ne se feraient pas sans moi. J’ai obtenu mon permis en mai 2016 (alors que je n’avais jusque-là jamais conduit de 2 roues) et j’étais au guidon l’été dernier.

Tu avais juré de passer ton permis moto après avoir encadré des essais Harley-Davidson et tu as tenu promesse, alors depuis tu roules sur quoi comme machine ? 

Attention, cette question blesse. Pour différentes raisons je n’ai pas encore eu l’occasion d’acheter de moto. Premiers essais après le permis : l’Iron 883 et le Roadster (qui est sorti à 10 jours prêts lorsque j’ai eu mon papier rose). J’ai également testé le Forty-Eight, la Street 750 et la Street Rod. Je n’ai pas encore testé de Softail, ça ne serait tarder. Pour ma première acquisition, un Sportster probablement… J’attends avec impatience de pouvoir essayer le nouvel Iron en 1200 avant de me décider.

Alors parle-nous de ta dernière aventure car on a vu sur twitter des photos superbes de sportser Harley transformés en scrambler pour traverser les montagnes du Maroc alors que nous on se gelait ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière, et finalement première grande aventure. Je suis partie 8 jours avec Roadtrip Factory pour le voyage inaugural de Terres de Scrambler au Maroc. 1500km pour découvrir les secrets de l’Atlas. Soit plus de routes que ce que je n’avais fait jusque-là depuis l’obtention de mon permis. Imaginez le challenge.

Au démarrage, mes premiers mètres furent laborieux. Clairement je les soupçonne tous d’avoir pensé que je n’arriverais même pas à sortir de Marrakech. J’ai finalement pris rapidement mes marques.

Nous avons fait 150 à 250 km par jour en traversant des paysages à couper le souffle : canyons, montagnes, cols, sable, neige, routes en épingle à cheveux, il était parfois difficile de savoir exactement où nous nous trouvions tellement les vues étaient différentes et spectaculaires. J’ai fait mes premières pistes, pris des routes que je n’aurais même pas osé arpenter en vélo, roulé sous la pluie, le vent, dans le brouillard, la neige, bref ce fut un stage de perfectionnement complet.  Les journées se sont enchainées, à travers les contreforts de l’Atlas, alternant les points de vue, les décors et les couleurs. Téméraire mais pas inconsciente, il y a certains passages techniques durant lesquels j’ai été relayée. Dans l’ensemble, je crois que je ne m’en suis pas si mal sortie.

Je me suis sentie tellement libre durant ce voyage, presque perdue dans cette nature renversante, rencontrant des nomades et des gens que nous n’aurions jamais pu rencontrer si nous n’avions pas emprunté ces chemins secrets. Nous avons passé nos déjeuners, dîners et nuits dans des endroits merveilleux dans des habitations typiquement marocaines accueillies par des gens chaleureux et heureux de partager avec nous. Le groupe était attentionné, prévenant, tout l’esprit Harley-Davidson que j’avais perçu quelques temps avant et qui m’avait poussé à passer le permis.

J’ai grandi pendant ce voyage, j’ai beaucoup appris sur moi-même et je suis définitivement sortie de ma zone de confort. Ce premier voyage sur la route était un nouveau pas vers ma liberté, un rêve à poursuivre.

Et pour la petite histoire, on était gelés aussi là-bas ! Au milieu du voyage à près de 3000 mètres, on a roulé à côté de la neige, extrémités glacées et passé une petite nuit sans chauffage à – 7 degrés sous 4 couvertures tout habillés.

Quelques mots sur la moto :

La moto est un Sportster Iron avec des évolutions pour obtenir un Scrambler de caractère prêt au voyage :

– pneumatiques adaptés au off-road

– guidon style motocross

– grille de phare

– sabot moteur

– pots d’échappement surélevés

– stage 1

– ressort de fourche avant renforcé

– pare-jambe

– un porte paquet et une petite sacoche réservoir

Le concessionnaire de Casablanca a en supplément épuré au maximum l’avant en déportant le compteur à gauche et lui a réalisé une peinture ocre effet « rouille » pour se fondre dans les décors.

J’ai adoré cette moto, belle, au couple moteur généreux pour s’encanailler sur les plus beaux des chemins qu’ils soient faits d’asphalte ou off-road.

 

Merci Céline pour ce partage et on attend ton retour sur l’essai des nouveaux sportster qui nous ont aussi tapé dans l’œil chez Broaam, peut-être une occasion de rouler de nouveau ensemble.

Un repaire de motards bien sympa , Interview de David Mocrette

David Mocrette rencontré lors d’un événement moto sur Paris a bien voulu nous livrer quelques clefs de son succès dans la presse web moto et dévoiler son approche de ce monde ainsi que quelques anecdotes croustillantes.

Le repaire des motards c’est un énorme succès qui continue encore aujourd’hui »hui. quelles sont les clefs de la réussite, de la popularité de ton site ?

La passion est la clef. On est passionné par ce qu’on fait. Du coup, on ne compte pas nos jours, ni nos nuits, ni nos week-ends. Et il y a eu beaucoup de nuits blanches et tous les week-ends pris. Mais comme on se fait plaisir, on a voulu partager notre notre passion tout en permettant à chacun de participer à créer aussi une communauté. On ne se prend pas pour des paillotes et je pense que l’on est resté des motards comme les autres, ni meilleur ni moins bon. C’est peut-être cela la raison du succès, que chaque motard(e) s’y retrouve un peu du coup.

Depuis 1999 qu’est ce qui a changé dans la presse web en mieux en mois bien ou en différent ?

Avant 1999, il n’y avait qu’une voix pour parler de moto : la presse. Aujourd’hui, il y a toujours – un peu encore – la presse, mais aussi les réseaux sociaux, les blogueurs/vloggeurs, youtube… La voix de la moto s’est démocratisée et étendue. La moto est plus accessible à tous et chacun peut contribuer à un monde motard plus riche.

 

Est-ce que tu éprouves toujours de la passion, un frisson à découvrir de nouvelles motos, échanger sur celles-ci ?

On vit la moto tous les jours, au travers des motos mais aussi des motard(e)s et des rencontres. Que demander de plus que de vivre (de) sa passion tous les jours ? Mais c’est surtout l’humain qui est important et les rencontres fabuleuses que l’on peut faire, depuis le couple de « around Gaia » il y a quelques semaines à Motardie en vrai. La vie est une histoire de rencontres, que ce soit avec une moto et surtout des motard(e)s. C’est pour cela aussi le repaire des motards, et non pas le repaire des motos.

Quelles sont les dernières motos coup de coeur et grosse banane ?

La dernière banane, le mois dernier en Suisse pour essayer de l’équipement et des motos. Entre le temps (super beau), les paysages, les motos que l’on s’échangeait (BMW), c’était au top. En fait, dès que l’on me propose de rouler, je lâche tout et je pars rider. Mon kif est là.

Quelle place à Harley dans ton univers moto et dans ton site Le repaire des Motards ? Un essai d’une nouvelle Harley c’est un succès garanti ou un essai normal ?

Harley, c’est à la fois une marque à part, et une marque ‘comme les autres’. La différence principale c’est que l’on ne s’amuse pas à essayer une Harley pour mesurer les chevaux ou le couple, mais surtout pour le plaisir à « rider ». Et puis les « good vibes », c’est quand même unique…

Quel est ton modèle préféré de chez Harley et pourquoi ? Sensations, look, plaisir de conduire, confort ?

Pour faire de la route aux US, je préfère une Electra Glide, mais pour la France, si on doit faire du duo, je préfère une RoadKing et si solo, le Sportster XR 1200 X.

comment vois-tu l’avenir de la moto avec des normes toujours plus contraignantes du point de vue équipement et moteur ? Est-ce une évolution normale ou la fin d’un large espace de liberté ?

L’avenir ? l’électrique et le scooter ? pas trop mon trip, mais si cela peut amener à la moto, la vraie, certains, pourquoi pas ? Quant aux contraintes, elles font partie de l’évolution inéluctable (à défaut de normale). Certaines sont logiques (bruit, pollution) d’autres énervantes (plaques, vignettes, contrôles) et valent le coup de se battre pour défendre notre liberté. Un espace en voie de diminution, hélas…

On serait friand de quelques anecdotes dans vos multiples essais, car la moto c’est souvent l’aventure et l’inattendu 🙂
Bolivie, sur le Salar, mettre la poignée à toc, puis fermer les yeux, vraiment, et compter… J’ai tenu 1 minute 30 ! sensations garanties !

la route des trolls en Norvège dans un brouillard à couper au couteau. On ne voyait pas à 10 m. Et ça tournait sévère. J’ai flippé.

La traversée en été de jour de la vallée de la mort à moto. 55° C. mon bridge tout neuf n’a pas supporté, les caoutchoucs ont fondu, l’appareil est mort ce jour là après 2 semaines de vie. Heureusement, le Reflex Nikon a été plus résistant.

une invitation presse récente, par le train. En arrivant à « destination » et après une heure d’attente, on s’est aperçu que les billets de train reçus n’étaient pas les bons. On a du acheter des nouveaux billets pour aller là où on aurait du arriver depuis le début.
un voyage en Argentine… 35° le matin, on passe un col dans l’après-midi, la visière du casque givre… glace sur les lunettes, et l’équipement non prévu qui faisait que l’on arrivait plus à bouger les doigts pour freiner ou changer de vitesse. naturellement, c’était une piste de terre, et pas de route visible, dans une purée de poix.

En conclusion ton plus beau souvenir à moto ou ta devise 🙂
les plus beaux souvenirs, ce sont les voyages à moto, tous, depuis l’Amérique du Sud à l’Asie en passant par l’Afrique. Ils forment la jeunesse.

la même depuis le lancement du site, il y a 18 ans « qu’importe la moto pourvu que l’on ait l’ivresse ».

Vous connaissez Virage 8 mais connaissez vous Stéphane ?

La communauté moto de caractère, qui comprend aussi bien les big twin que les anglaises et les réalisations custom, est de plus en plus riche. Nous vous proposons d’en découvrir les acteurs au travers d’Interview qui nous permettrons de mieux connaitre ou découvrir ceux qui sont derrière des blogs connus, des garages, des boutiques, des associations ou MC…

Pour lancer cette rubrique c’est Stéphane Lhuillier de Virage 8  qui nous a fait le plaisir de se livrer un peu 🙂

Stephane Lhuillier@Motors and Soul 2014

Bonjour Stéphane,

Virage8 c’est juste le plaisir de partager ta culture de l’univers de la moto de caractère ou un projet à plus grande envergure ?

Virage8 est né de notre envie de partager, Etienne et moi, notre passion de la Culture Moteurs. Chemin faisant, les Runs et Balades que nous avons organisés depuis un an nous ont conduits à organiser l’événement Motors and Soul les 6 et 7 septembre derniers. Cet événement a dépassé toutes nos attentes avec plus de 500 véhicules de caractère – motos et autos – réunis durant ces deux jours. Les commentaires que nous lisons sur les réseaux sociaux nous encouragent à envisager un second Motors and Soul en 2015.

Le succès tu l’attribues à quoi ?  Vos contenus, vos événements, votre réseau ?logo-virage8-rectangle

Oh là, je ne parlerais pas de succès!  Simplement, les trois mots-clés qui animent tout ce que nous faisons – Passion, Partage et Plaisir – semblent appréciés par celles et ceux qui nous suivent et qui désirent venir vivre un moment avec nous.

Quel est ton regard sur l’évolution du monde de la moto avec un public qui change au fur et à mesure des influences des mouvements hipsters, bobos, neo-retro et aficionado d’une marque clivante comme BMW, Harley ou Norton?

Je pense que nous sommes tous des motards quelque soit la marque ou le style de notre moto. Le plus important à mes yeux, c’est l’attitude, par exemple, un bon état d’esprit, une attitude positive ou le respect des autres. Lors de nos événements, j’aime à regarder des motards de marques ou de styles différents discuter entre eux, regarder chacun la moto de l’autre. Là, je sais que la passion s’exprime.

Pour toi le look ça fait partie du plaisir de faire la moto ? Tu serais plutôt barbour ou cuir avec patch 🙂

Plutôt les deux à vrai dire 🙂 mais plus que le look, j’ai découvert il y a peu de temps que la qualité des vêtements fait partie du plaisir de rouler à moto. J’ai récemment investi dans un excellent casque, une veste mythique, un pantalon cuir fabriqué par un petit atelier dans Paris et des bottes hyper confort, et je m’en réjouis chaque fois que je vais faire un tour.

Quelle est pour toi la limite entre ce qui est cool et ce qui devient superficiel  dans cet univers ?

Seule l’attitude prime.

Ton choix de moto pour visiter la Toscane ce serait Ducati et gazz ou Harley et potatopotato ?

Les deux en fait ! J’étais en Emilie-Romagne début juillet pour essayer la nouvelle Ducati Monster 821 et j’ai pris grand plaisir à tourner la poignée dans le coin. De même, quand mes obligations professionnelles me le permettent, je monte sur mon Electra et je pars pour quelques heures ou plusieurs jours de potatopotato. Dans les deux cas c’est un intense plaisir.

Peux-tu nous donner ton dernier coup de cœur que ce soit en équipement, en machine ou contenu ?

Des coups de cœur, on en publie tous les jours sur Virage8. Aujourd’hui c’est la vidéo du film l’Affaire Thomas Crown avec Steve McQueen et Faye Dunaway sur une chanson de Michel Legrand interprétée par Sting. Un grand bonheur !

Ta dernière belle rencontre grâce à Virage8 ?

Tous les gens cool que j’ai croisés à Motors and Soul début septembre.

On est très social media sur #DBDLT alors on aimerait savoir comment à Virage8 vous voyez la complémentarité entre  votre blog et votre page Facebook mais aussi Pinterest et Twitter que vous avez commencé à défricher.

Euh … joker ! On se contente d’utilise les réseaux sociaux pour présenter brièvement les articles que nous publions sur notre site. Peut-être y a-t-il une meilleure complémentarité. Vous savez vous ?

Oui un peu on en reparlera 😉 mais en gros pour nous le blog constitue le coeur de la présence sur le web, facebook permet de gréer une communauté de rentrer en conversation avec plus facilement, twitter de couvrir les événements et toucher un public souvent plus pro et enfin Pinterest permet de séduire et communiquer par l’image. Tout cela rentre en synergie avec un bon community management pour améliorer la visibilité des contenus et développer la communauté. Mais le plus important c’est le contenu et en ce domaine vous-êtes TOP chez Virage8 🙂

Enfin en conclusion peux-tu nous dire quelques mots sur les projets de Virage 8 dans les mois qui viennent ?

Nous avons deux gros projets pour cet automne. Le premier, c’est le lancement de l’Association Virage8, créée pour plus de rencontres, plus de balades mais aussi pour bénéficier de réductions chez certains commerçants, etc.

L’Association Virage8 est ouverte à celles et ceux qui veulent aller plus loin, qui veulent faire partie de l’aventure plus encore moyennant une cotisation annuelle. Pour y adhérer, il suffit d’envoyer un mail à run@virage8.com.

Notre second projet, c’est de repérer les 4 balades d’une semaine que nous organisons l’année prochaine.

Pour 2015, nous avons choisi

  • la Corse,
  • les Pyrénées,
  • les cols Suisses
  • l’Andalousie

Ça fait déjà un beau programme de repérage, mais ça va surtout faire de belles balades entre mai et septembre 2015 en groupe de 10 motos et autos sous la conduite d’un guide. Des moments inoubliables en perspective. Pour obtenir plus d’informations, il suffit d’envoyer un mail à run@virage8.com.

Merci Stéphane pour ton temps et good vibes !

Merci Vincent, c’était un plaisir. Bonne route à Des bielles dans la tête. On aura plaisir à vous suivre 😉