De Paris à Grimaud et l’éveil du poireau face à 450 kg de Harley – Jour 2

Le second jour du roadtrip de Paris à Grimaud nous voit frais et dispos après un peu d’étirements et un bon petit déjeuner avec le reste de l’équipe. Très frais même puisque nos selles sont recouvertes de givre ! On doit friser les 3 degrés et les machines s’ébrouent lentement au rythme du doux son des pistons, d’un soleil radieux et du chant des petits oiseaux guillerets. On part sur un filet de gaz de ce village bien tranquille vers la ROUTE !

Une Electra Glide royale

Les routes sont parfaites et permettent enfin de profiter de cette Electra Glide CVO, de ses poignées chauffantes et de son moteur enjôleur. Bon voilà j’écris comme un journaliste de Paris Match depuis le début de cet article maintenant !

De Paris à Grimaud en Harley-Davidson Electra Glide
Bon bref on se sent en confiance et si hier était à la prudence vues les conditions dantesques et le test grandeur nature de l’efficacité du carénage, aujourd’hui permet de mieux analyser le confort de cette machine.

Oubliés les coups de raquette vicieux des vieux Sportser et mêmes de certaines Dyna qui demandent de passer par la case customisation. Là on est direct sur du pudding entre une assise bien confortable et une suspension permettant de préserver son dos sans jouer au yoyo en cas de conduite plus rapide.

Il est fier votre serviteur Poireau sur son magnifique destrier, enfin jusqu’au moment où le parcours nous mène vers des sous-bois. Imaginez, un soleil printanier, une route qui ondule et s’aventure au milieu de la forêt avec les jeux de lumière, la faisant scintiller de mille feux… Oh la si elle scintille à 3 degrés au soleil, à l’ombre ça sent limite la plaque de verglas !

A 550 kg machine, pilote et bagages on devient prudent voir pusillanime sur ce type de parcours ! Mais devant, emmenée par un Gérard confiant dans ses machines, le train ne ralentit pas. En cinq minutes ils m’ont déjà mis un boulevard mais moi je suis prudent et pas adepte du « Ca passait c’était beau » ni du « Celui qui freine est un lâche ! ».

Les routes sèchent peu à peu et on quitte la forêt mais ça tourne toujours autant et là force est de constater que si sur mon Sportster ou mon Street-Bob je pouvais jouer au pilote et attaquer les virages avec des trajectoires free-style, je suis bien embarrassé sur une touring. C’est un rail cette Electra et tu as intérêt à bien la poser dans la courbe et bien enrouler en prenant de l’angle… ce qui ne va pas de soi quand on découvre cette machine.

Alors merci au moteur CVO qui permet dans chaque ligne droite de rattraper un peu de retard, de freiner bien trop sagement en début de virage et de relancer le jeu de la catapulte en sortie. C’est pas du pilotage mais c‘est efficace !

Me voilà tout de même le poireau de l’étape avec le support moral de Xavier qui assure mes arrières en profitant du paysage mais on va commencer un nouveau jeu très amusant avec Gérard le boss farceur qui décide nous prouver qu’une touring ça peut t’emporter 350 km plus loin même si tu as le témoin qui s’allume depuis 30 bornes !

Magnifique découverte, le GPS se met alors en marche automatiquement t’avertissant que ta situation commence à être sérieuse puis désespérée et te propose de te guider à la station la plus proche de ton choix. Génial ! Ah ben non on a un GPS humain devant qui décide à aller à l’inverse de chaque indication du malheureux GPS Harley. Mon dernier km d’autonomie vient de disparaître quand, souverain, Gérard nous trouve la station perdue qui va bien… On rejouera souvent à ce jeu et toujours gagnant !

Découverte de la Street Glide CVO, Red Devil

On repart ensuite pour finir par notre halte déjeuner dans un charmant village où la moyenne d’âge au restaurant comme dehors doit avoisiner les 80 piges ! Je suis rincé par la concentration que m’a demandée l’Electra et je décide de la laisser au profit de la Street Glide CVO rouge flambant aussi.

De Paris à Grimaud en Harley-Davidson Street Glide Cvo
Photo du CVO de Christophe Boulain

La Street est un poids plume avec ses 380 kg. Elle a autant de chevaux sous la selle que dans les sacoches avec une hi-fi qui me donne la banane en balançant du bon gros son de notre clef USB préparée par Harley mais aussi en bluetooth de ma playlist.

Ah ah je retrouve du mordant et les petites portions d’autoroute virevoltantes sont un pur bonheur entre la machine qui monte dans les tours dans un son bien particulier. Seul bémol des suspensions arrières un peu souples qui n’aiment pas les franches décélérations ou le vent latéral, problème réglé en grande partie le lendemain matin sur le bord de la route par le boss et sa mallette magique.

Bon j’avoue on en vient à regretter le petit dosseret de l’Electra pour essorer la poignée comme un goret sur ce parcours taillé pour la belle et ma conduite. Car là tu les sens bien les chevaux dans les bras et dans le bas du dos hein Brigittte ! On a le droit à la minute culture et contempler l’ouvrage d’art de Gustave qui s’était perdu dans le coin et à qui il restait quelques bouts de ferraille avant de repartir et reprendre de belles départementales.

Faut vous avouer que les virages sans visibilité et si je ne conduis pas un char Leclerc ça me stresse, tu ne sais pas si il va s’ouvrir gentiment, se fermer vicieusement ni non plus ce que tu va croiser en face. Hé bien là la visibilité elle manque un peu et on repart dans l’épisode du poireau raisonnable debout sur les freins et qui tourne avec une moto quasi debout mais réaccélére dès qu’il y a de la visibilité. Ah ça les freins je les ai testés et ma foi ils sont parfaits un ABS royal, une endurance admirable au service d’un gros moteur.

Vidauc Eiffel à Garabit
On arrive à notre halte du soir avec encore du soleil pour aller prendre quelques clichés et observer le travail de Mister Bullit que vous découvrirez dans le prochain numéro de « followed ».

Le soir un vrai esprit de groupe s’est créé et ça rigole pas mal. J’en profite pour prendre un cours de pilotage mode touring.

Euh comment vous faites pour relever vos bécanes sans devenir tout rouge ?

Hé bien mon poireau au lieu de venir t’asseoir sur ta monture bien droit et de tirer avec les bras tu redresses déjà la roue et tu ramènes la moto avec le poids du corps. Très bon exercice de taichi petit scarabée surtout si tu n’oublies pas de serrer le frein avant….

De Paris à Grimaud en Harley-Davidson Electra Glide CVO

Euh comment vous faites pour prendre les virages aussi vite sans rien voir ?

Si le premier passe, les autres suivent !

Bon si non on m’explique la technique de la courbe large et du point de sortie que j’avais il faut le dire un peu oubliée …

Demain sera un autre jour !!!!

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
trackback

[…] bien les deux premiers virages, les deux cent autres suivront… sinon … » (voir l’épisode 2 de Paris à Grimaud). Autant dire que je me suis appliqué à bien relire mes notes sur la trajectoire idéale, le […]

j2m
j2m
6 années il y a

A la prochaine sortie FSB Tonio t’expliquera les virages à l’aveugle !!!.
j2m

mapassion
mapassion
6 années il y a

Excellent cet humour, j’adore surtout (en tant que femme) cette honnêteté de conduite…