Session trajectoires sécurité de la gendarmerie 

J’ai eu le plaisir de participer avec 3 de mes camarades du groupe Panamerica France H-D à une formation intitulée trajectoires de sécurité organisée par la gendarmerie durant l’ Alpes aventure Moto festival.

On avait bien fêté la veille notre ascension de 3 cols autour de la barcelonnette dont celui de la bonette à plus de 2800 mètres et il faut l’avouer ça piquait un peu pour être au rendez-vous à 8h30.

Escadron motard de la Gendarmerie
Escadron départemental de sécurité routière de la Gendarmerie


Nous voilà à remettre comme prévu nos papiers carte grise, permis de conduire et assurance, puis on assiste à une démonstration de l’efficacité de l’air bag et plus nouveau du pantalon à vague basé sur le même principe. A ce propos on a discuté sur le stand In Motion sur le salon à propos de leur technologie qui s’intègre dans pas mal de gilets air bag dont Furygan et Klim.



Ensuite un motard de la gendarmerie nous explique la théorie sur les virages avec trajectoires de sécurité à droite et à gauche, celle de gauche étant plus délicate car elle demande de vraiment coller à la corde en entrée du virage à droite jusqu’au point de sortie. Ce qui on le verra n’est pas aussi facile que de l’écrire et le lire!

C’est clair mais limite anxiogène en mode «  Bon soyez détendu on est entre motard car à chaque session l’un de vous va au tas en raison de son stress » « la haut il y a du gravier, des traces d’huile, des camping-car alors attention aux trajectoires ! »

Trajectoire de sécurité moto
La trajectoire de sécurité


On est prêt à partir et l’un des motards nous charie sur nos Pan America en mode vous allez vous traîner avec vos harley ou tomber en panne, ils ont de l’humour les bleus…

On a le droit à l’un des plus gradé des motards pour notre petit groupe de quatre et il nous invite à le suivre direction cols de Vars.

On suit notre guide en tentant de reproduire ses trajectoires puis arrivé en bas du col l’un d’entre nous doit passer devant, le motard de la gendarmerie derrière et le reste suit avec un feed-back parvenu en haut ou en bas du col.  Mes coéquipiers s’en tirent avec les félicitation et c’est mon tour, je m’engage dans la descente du col avec ses belles épingles à cheveux et ma foi je suis assez content du rythme et de la conduite coulée vu mon niveau deux jours avant en mode « ça passait c’était beau ! »
Arrivé en bas on se gare et là se passe deux longues minutes sans retour de notre gradé qui prend le temps de récupérer nos gilets rouges, euh ça sent pas bon ! Il se tourne vers mes potes et leur demande « alors vous en pensez quoi ? » Timidement l’un dit, il ne sert pas assez à droite ? Bon là vient l’explication je suis même carrément à gauche et si il me confirme que le reste est propre il me dit surtout, « j’ai eu peur pour toi car sur certains virages tu est limite sur l’autre voie…  » En effet peu habitué à la montagne j’ai évité de rouler trop près du bord et donc du vide mais en évitant un danger potentiel j’en créé un autre bien plus important. Il me conseille alors de descendre 20 kmh en dessous mais de coller à droite.

Instructeur motard Gendarmerie
Notre Gendarme Ange-gardien !


Sur ce, fin de la session et le règlement ne lui permet pas de boire un verre avec nous mais il nous dit qu’on peut le suivre pour rentrer à Barcelonnette . Je ferme le groupe et je m’applique désormais à coller à droite et en effet je comprends que l’on peut rentrer ainsi plus fort dans le virage mais surtout bien plus en sécurité.
On passe à un moment devant notre gendarme qui s’est garé sur le côté et nous on continue nos pif paf à un bon rythme, 10 minutes plus tard je le vois revenir à mon niveau.  Il me fait un pouce en l’air et me dit voilà c’est impeccable tu as tout compris, c’est bon maintenant avec un grand sourire !

Je dois dire que j’ai vraiment apprécié qu’il prenne ce temps supplémentaire pour m’aider à progresser.

Un grand merci à l’Escadron départemental de sécurité routière de la Gendarmerie de Digne-les-Bains pour cette chouette matinée qui m’a été bien utile. En effet le lendemain j’ai constaté le changement positif avec la magnifique route de Barcelonnette à Montpellier et ses centaines de virages. A quatre Pan America le retour fut un vrai régal avec cette conduite soutenue mais fluide en étant au même niveau de pilotage que les copains.

Je dois dire que cette petite semaine m’a vraiment fait progresser dans ma gestion de la conduite sur des routes très viroleuses ou celles de Montagne avec épingles et quel régal cette moto avec son moteur fantastique, partie cycle et freins qui te mettent pleinement en confiance.

Merci aussi à mes potes Gabriel, Norbert, Richy, Arno, Jean-Luc pour ces centaines de kilomètres de virages partagés, de bonnes bouffes et rigolades.

En conclusion je vous encourage chaudement à participer à ce sessions trajectoire de sécurité moto de la Gendarmerie car passé la première heure pour se mettre à l’aise, le tutoiement est de rigueur et c’est bien un partage d’une passion commune dont il s’agit et non pas d’une leçon aride et rigide.


Gendarmerie et Pan America Barcelonnette
col de la Bonette alpes Aventure Moto festival
Wunderlich wunderbach !
Pan America Alpes Aventure Moto festival col de la bonette
mauvaise trajectoire !

Quels accessoires pour la Pan America S ?

La Pan America ne nécessite pas de stage 1, de customisation mais peut désormais piocher dans un catalogue de plus en plus large chez Harley-Davidson et les grands noms des accessoires motos avec un volet tout terrain.
Sw-Motech, Motea, Wunderlich… les pièces arrivent au fur et à mesure et en voci quelques unes que j’ai installé sur ma Pan America :

Le sabot moteur : celui d’origine est très fin et assez moche et pour ma part j’ai choisit celui de Harley-Davidson que je trouve à la fois costaud et avec un look sympa. Ce n’est pas le moins cher mais si vous achetez votre moto vous pouvez demander un geste commercial sous forme de pièces.

Sabot moteur Pan america

Le protège silencieux d’échappement : le modèle S est bien protégé à l’avant avec ses crash bar mais si vous faites un peu de off-road les gamelles même à basse vitesse peuvent vite coûter cher. alors pour ma part j’ai profité d’une offre sur Motea pour commander ce protège silencieux à moins de 100 €


Les roulettes de protection de fourche : Car une fourche ça prend cher et que les roulettes de chez Sw-Motech sont robustes, bien conçues et jolies, j’ai craqué pour cet accessoire.

Roulettes de protection fourche Pan america

Grille protège radiateur : Là vous avez un choix très large qui démarre à 18 € ! C’est le genre de pièce où vous pouvez même oser mettre du Ali express.

L’élargisseur de béquille : la béquille de la Pan america est mal foutue et si vous devez acheter un accessoire c’est bien celui-ci ! Je ne compte plus les gars qui ont mis leur Pan America par terre du fait de cette béquille ! Elle est trop droite, trop fine et avant de descendre de votre moto vérifiez bien et si besoin laissez la boite avec une vitesse engagée ! Donc je vous recommande en haut de la liste comme accessoire prioritaire de votre Pan america cet élargisseur Consultez l’article

accessoires Pan america béquille
Extension Béquille

Les pads de protection du réservoir : Utile pour le confort et bien tenir la moto sur pistes ou off-road et le look est sympa 🙂

Je vous conseille de jeter un coup d’oeil sur les catalogues Sw-Motech et Wunderlich pour trouver d’autres idées pour améliorer, le confort, la protection, les performances ou le look de nos Pan America !

Claude Globrider : Quels équipements moto en Pan America ?

le couteau suisse de Harley-Davidson

La Pan America est un énorme couteau suisse mais quand arive l’heure de partir pour de longs roadtrip vient la question : Quels équipements moto pour la Pan America

J’ai eu le plaisir de rencontrer Claude campagne lors du stage « premières sensations off-road » et depuis nous avons gardé le contact car l’individu calme et philosophe à ses heures peut aussi finir sur la table en fin de soirée avec ce petit grain de folie des grands voyageurs.

J’ai été le rejoindre à Deauville pour l’accueillir après son périple en Irlande, Ecosse, Pays de Galles et réaliser cette interview. Pas de belles images de roadtrip, de soleil couchant et d’horizons flamboyant mais vous pourrez voir comment Claude a préparé sa Pan America et s’est équipé pour affronter ces dizaines de milliers de km.

Le pire en roadtrip c’est la pluie de plusieurs jours et quand on part en Irlande et en Ecosse on peut s’attendre à tester de manière approfondie son équipement 🙂

Ah oui Claude comptabilise plus de 26 000 km sur sa Pan America par tous temps et terrains et vous verrez ce qu’il nous dit de cette moto après un an de multiples roadtrip.

Il y a de moins en moins de question d’âge et de plus en plus d’envie et d’équipement pour continuer à rouler. Bon on ne va pas se cacher qu’une bonne préparation physique permet de dépasser les 70 ans en étant toujours fringuant 😉

Vous avez une Pan america ou vous êtes intéressé par cette moto alors rejoignez le groupe français dédié au super maxi trail Harley-Davidson

Stage initiation Off-Road Maxi-trail Pan-America, est-ce utile ?

Alors je peux peut-être vous aider à répondre à cette question puisque j’ai pu tester celui organisé par Trail rando (spécialiste du voyage off-road en moto) et Harley-Davidson : le stage « premières sensations off-road en Pan America ».

J’ai eu le plaisir de suivre pendant deux jours ce stage dédié aux Pan america organisé autour de St Emilion avec Baptiste l’instructeur et Claude, Pierre-Yves et Laurent comme stagiaires.

Un maxi-trail c’est souvent maxi haut, maxi lourd maxi puissant par rapport à un trail et si pour nombre d’entre-nous qui venons des Harley traditionnelles c’est plus joueur et facile à conduire sur route que nos anciennes montures c’est une autre paire de manche quand on sort ses pneus de l’asphalte !

A ce sujet les statistiques nous apprennent que malgré les vidéos les plus folles sur ces pilotes de BMW 1250 GS, seuls moins de 5 % l’utilisent en off-road !

On verra bien les chiffres pour la Pan America mais ne nous attendons pas non plus à un raz de marée.


Pour ma part je trouve dommage de renier une partie de l’ADN de ces motos qui est une polyvalence et la possibilité de s’offrir encore plus de routes, goudronnées ou pas. Mais encore faut-il avoir un minimum de base car si vous -vous engagez dans un chemin avec les mêmes réflexes que sur la route, le réveil risque d’être brutal sur VOTRE polyvalence.

En effet ce stage m’a aussi montré que ce qui était en cause c’était plus souvent notre polyvalence que celle de la Pan America qui est un couteau suisse géant !

Alors justement la première partie de la matinée est utilisée par Baptiste pour nous inculquer les clefs indispensables de manoeuvres à basse vitesse afin de comprendre l’équilibre de la moto et comment maximiser l’adhérence dans les virages sur des terrains glissants. Vu mon niveau j’aurai pu y rester d’ailleurs plus longtemps car on sent que au fil des passages la conduite s’améliore.

Très vite on part sur le terrain continuer l’apprentissage par des ateliers qui permettent de renforcer l’acquisition de ces points et en découvrir d’autres comme les demis-tours en sécurité et sans trop se fatiguer, le freinage en descente, le passage de gué…

D’ailleurs c’est un point à soulever, la gestion du physique car perso j’ai vite senti que mes manques techniques avec la gestion du stress bouffaient énormément mon énergie et si tu rajoutes une chaleur dépassant les 30 degrés bien j’ai vite eu les batteries à plat !

Ah bien oui, la conduite c’est debout sur les repose-pieds et quand tu est élégant, intelligent tu gères comme si t’étais debout à la proue du Titanic mais quand tu trouves ça super haut et pas si stable que ça tu te la joues en mode mi-grenouille, mi- chimpanzé ce qui est nettement moins à ton avantage et te tétanise rapidement les muscles. Je suis vraiment un poireau car mes collègues de boulot n’ont pas connu les mêmes difficultés de passer de la position du primate à celle de trailiste évolué.

Tu peux me prendre comme la référence basse du stagiaire et je vais aussi te rassurer, j’ai par deux reprises testé la position de la sieste, l’une en montée, l’autre en descente particulièrement caillouteuses mais grâce a mon équipement me suis relevé avec grâce et le sourire après cette micro sieste 😉

Bon bref le poireau moyennement rassuré a pu profiter de la connaissance de ce coin splendide par Baptiste pour nous permettre de rouler au milieu de la forêt, des vignes, des petites routes et chemins avec une progressivité qui redonne confiance et permet de se faire plaisir.

Car oui le plus important au final c’est de changer le curseur de crainte vers plaisir quand tu commences à mettre tes pneus sur ces beaux chemins et chacun d’entre-nous a vu grâce à ce stage ce curseur bouger dans le bon sens.

Ce stage m’a permis d’acquérir quelques bases pour pouvoir m’aventurer sereinement dans des chemins faciles et être capable au pire de faire demi-tour devant un obstacle impossible à franchir ou présentant trop de risques de chute, surtout si on roule seul, ce qui est à déconseillé. En tout terrain adoptés le réflexe #NRA Never ride alone (Vous êtes top les gars!)

Il m’a permis aussi d’y voir plus clair sur les capacité de off-road de la machine et du pilote. La Pan america en mode off-road est géniale mais moins tu as de technique et plus les difficultés sont physiques alors perso ce sera pour l’instant du tout-terrain sur des pistes roulantes et belles car mon curseur plaisir en prend un coup quand j’ai le palpitant qui s’affole dans les tours minutes pour me sortir d’un terrain piégeux en mode MATT.

Votre instructeur est votre plus grande aide pour progresser et vous conseiller et sachez que pour les moins téméraires ou endurants il y a toujours un plan B afin de vous permettre de profiter pleinement et sans risques de ce stage.

En conclusion j’aimerai que vous preniez le temps de lire ce témoignage de Claude, septuagénaire fringuant, aventurier sur deux roues, animateur de soirée !


Témoignage de Claude


Sur le contenu,Je trouve que pour une initiation je ne vois pas ce que nous aurions pu faire de plus avec nos pneumatiques… du genre herbes mouillées, boues et sable.Le programme initiatique me semble complet…réglages de la Pan Am, Equipements du motard,  positions sur la moto, virage, montées descentes, demi-tour en côte, franchissement et l’attitude en général devant les obstacles…
Sur l’utilisation de mes acquis…En l’état actuel de la réglementation, chez moi le Off Road est tout simplement interdit il ne me reste que les trips organisés… si je veux potentialiser mes acquis.A voir.Quant à mon prochain voyage départ le 7 Juin prochain pour Irlande Sud et Nord,Ile de Man,Ile de Sky, Ecosse par la côte et retour maison.
UltréÏa


Pour les stages : https://biker.travel

Pour le groupe de Panamériste : https://www.facebook.com/groups/panamericafrance

Pan america off-road

UltréÏa

C’est une expression que se lancent les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle dans les moments difficiles, et dont le sens peut être traduit par : « Aide-nous, Dieu, à aller toujours plus loin et toujours plus haut ».
Merci Trail rando et Harley Davidson pour tous ces bons moments partagés 🙂

Stage initiations Off-road Panamerica H-D

Harley a créé un événement en 2021 dans le monde du Maxi-trail en sortant la Panamerica 1250 qui est parvenu à séduire dès la première année plus de 700 motards.

Cette année Harley-Davidson, pour répondre à l’ADN de cette moto s’est associé à un spécialiste du voyage et des stages tout terrains afin de proposer des stages réservés à la Panamerica. Ces stages doivent permettre aux possesseurs de la Panamerica de s’aventurer dans les chemins, les pistes avec une base suffisante pour que ce désir d’évasion ne tourne pas rapidement en une douloureuse expérience !

Nous sommes donc heureux de pouvoir interroger Florence de Trail-Rando sur ce programme attendu par bon nombre de propriétaires de ce maxi-trail.

Bonjour Florence, alors comment abordez-vous ce type de stage avec d’initiation off-road des maxi trail ?
Il y a-t-il un travail spécifique sur le poids de la moto, pas évident en off-road, une philosophie du off-road différente pour ces machines lourdes et puissantes ou finalement les bases restent les mêmes ?

Les bases restent les mêmes. C’est l’approche qui va différer suivant le type de machine et l’objectif que chacun désire atteindre.

Nos stages sont adaptés aux « maxi trail ». Et le poids qui peux paraitre un ennemi devient vite un allié quand on maitrise l’inertie d’une telle moto en tout chemin.

Durant ces stages, nous abordons avant tout l’équilibre à basse vitesse sur terrain meuble afin de se familiariser avec le poids de la machine, et la posture du pilote prend toute son importance dans ces exercices.


Est-ce que tu peux nous décrire le concept de ces stages « Premières Sensations » et ce à quoi peuvent s’attendre les stagiaires ?

Avec les stages Premières Sensations, nous proposons un concept totalement inédit de randonnées moto guidées qui mixte les plaisirs de la balade dans les chemins et ceux de l’apprentissage.

Premières Sensations s’adresse à tous ceux qui ont l’envie de s’aventurer hors du bitume et d’apprendre les bases de conduite en tout chemin.

Le pilote néophyte apprendra à se détendre sur la moto et à analyser la situation.

Le but est de donner envie à ces nouveaux aventuriers de voyager avec leur machine en toute sérénité. Il nous faut donc leur amener des solutions techniques qui en cas de difficulté leur permettront de gérer la situation sans stresser.

La formation, prodiguée par un guide diplômé d’état, prépare les nouveaux venus au tout-terrain avec de précieux conseils techniques pour apprendre, pas à pas, à dépasser ses peurs et découvrir les capacités de sa propre moto. Le nombre étant volontairement fixé à 6 participants par session, chacun pourra bénéficier d’une formation très personnalisée.

Nous évoluons pendant les formations sur des terrain naturels et abordons différents ateliers que nous rencontrons pendant la randonnée, Nous aborderons toutes les situations que l’on peut rencontrer en tout terrain, les montées, les descentes, le passage de gué, le changement d’ornière, le freinage sur terrain meuble etc… ou tout simplement faire un demi-tour en s’aidant du terrain.


Quelles sont les compétences, savoir-faire que vous allez transmettre aux stagiaires durant ces deux jours.

Le but de ce stage Premières Sensations est d’acquérir une expérience et une sérénité qui permettra aux stagiaires de prendre confiance en eux, et leur donnera envie de profiter pleinement de leur moto en tout terrain sur des chemins faciles.

Qu’est-ce que tu peux dire aux personnes ayant peur de chuter, d’abîmer leur moto, d’ailleurs les pneus d’origine vont-ils suffire ? 

Tout d’abord, ces stages sont basés sur la sécurité et non sur la performance.

Mais nous abordons effectivement les chutes pour les démystifier. La plupart du temps elles sont à vitesse lente et sans gravité.

Les protections pour la moto sont un plus, de même que pour les pilotes qui doivent être équipés en plus du casque et des gants, de bottes protégeant la malléole et d’une protection dorsale.

Les pneus Anakee Adventure d’origine sur Pan america suffisent pour les stages Premières Sensations.

Après ce stage est ce que vous proposerez des stages de perfectionnement, des randonnées aux propriétaires de panamerica ? 

Effectivement dans la foulée des Premières Sensations, nous proposerons des stages de Perfectionnement à ceux qui veulent aller un peu plus loin.

Forts de ces expériences, les baroudeurs en herbe pourront désormais s’échapper de la route en ayant beaucoup plus confiance en eux et en leur machine.

Ils auront les bases pour se lancer dans des aventures plus ambitieuses… et plus lointaines !

Nous leur proposons des randonnées adaptés à leur niveau de pilotage et à la Pan America, comme par exemple des randonnées de 3 jours en trèfle autour d’un hébergement central dans le Luberon, en Bourgogne ou en Camargue.

Lors de ces randonnées, nous utilisons le « GPS aventure ».

Notre mode de navigation vous permet de vivre votre aventure en toute liberté :

·         vous choisissez vos horaires de départ et vos compagnons de route,

·         vous roulez à votre rythme, sans rouler au-dessus de vos pompes pour suivre le guide coute que coute ou à l’inverse sans se trainer derrière le poireau,

·         vous être libre du choix de vos pauses (café, spot photo, fatigue,…) et de leurs durées,

·         vous pouvez décider à tout moment de basculer sur une trace macadam pittoresque mais plus rapide pour écourter l’étape, ou au contraire vous essayer sur une portion un peu plus épicée.

Chaque itinéraire dispose de plusieurs versions sur lesquelles il est possible de basculer à tout moment de la journée

·         Trace noire : OFF ROAD

·         Trace rouge : TOUT CHEMIN

·         Trace bleue : MAXITRAIL

·         Trace verte : MACADAM

A chaque étape, suivez le fil que vous voulez. Un accompagnateur vous suit à la trace et un hébergement de charme vous attend au bout de la trace.

Enfin quels sont les projets chez Bike’R et les nouveautés qui pourraient intéresser notre groupe et ceux qui possèdent un gros trail.

BIKE’R est une marque développée par l’agence de voyages TrailRando destinée en exclusivité aux possesseurs de Harley Davidson.

Cette marque propose des stages « Premières Sensations » pour les possesseurs de Pan America mais pas uniquement.

TrailRando met ses 37 ans d’expérience au service de la marque Bike’R afin de permettre aux possesseurs de Harley Davidson de pouvoir voyager en France et en Europe au guidon de leur propre machine.

Nous proposons un panel de destinations décliné en itinéraire maxitrail ou 100% routier :

  Des traversées de la France à une boucle de 5 jours autour du Massif Central , des séjours de 3 jours autour d’un hébergement central en Provence, en Camargue ou en Bourgogne

Mais aussi l’étranger avec l’Espagne, les Highlands en Ecosse ou bien encore la Grèce !

Merci Florence de nous avoir donné l’envie de chausser nos Panamerica de pneus à crampon pour savourer ces promesses d’évasions 🙂

Conclusion : Si ces stages vous intéressent je vous conseille de faire un tour sur le site web : https://biker.travel
Vous pourrez découvrir que ces stages sont organisées dans plusieurs régions de France , Picardie, Bourgogne, Bordelais, Luberon, Catalogne.
Chaque stage ne dispose que de 3 dates au choix et ils se remplissent très vite alors un conseil si les crampons ou pneus mixtes vous démangent allez vite découvrir leur programme 🙂

Roadtrip en Panamerica Paris/Peniscola Espagne

Un roadtrip en Espagne avec la Panamerica 1250 S


Voila ma Panamerica 1250 S est enfin arrivée dans sa couleur « you’re in the army now » et les envies de voyager au loin avec.

On est déjà en septembre et il me faut au moins faire 800 km pour la première partie du rodage et la première révision ce qui finalement se fait facilement avec le plaisir de découvrir cette moto surprenante tout en respectant les consignes de régime moteur.

Moi qui vient d’un street bob il me faut réapprendre une nouvelle façon de conduire avec un moteur et une partie cycle pour ainsi dire à l’opposé de mon fidèle street.

Un petit tour en champagne pur accompagner le retour du copain Jean-Marc Mouvet et sa belle qui nous permet suite à un contrôle de la gendarmerie de faire la présentation de la Panam et je suis prêt pour la révision.

Comme je ne serai pas de retour pour les 3000, Harley-Davidson Borie me conseille de la faire en avance pour ne pas avoir de soucis.

La moto est prête, reste plus qu’à fixer le parcours ! J’étais chaud pour descendre à Saint Jacques de Compostelle, ça doit être mon esprit pèlerin mais après quelques coups de fils avec le copain Pascal puis Laurent on se décide pour les Bardenas et Valence. La météo sera notre guide car début octobre on cherche le soleil pour nos vieilles carcasses !

Je dois donc rejoindre Pascal dans les Landes de Paris et j’étudie le trajet sans vraiment me décider pour une descente directe ou une halte. Au final je pars en me disant on verra bien…

La moto est une reine sur autoroute, bien calé sur la selle, la bulle convient parfaitement à mon mètre quatre-vingt et je ne fatigue pas. J’enroule easy les bornes. Tellement easy que je commence à suivre d’autres motos en mode BANZAIII !! Et alors qu’on est bien au-dessus des vitesses imposées la Panamerica ralenti d’un seul coup à 120 kmh avec des indications ésotériques sur le tableau de bord.

Je m’arrête à l’aire suivante avec toujours ce problème et appelle ma concession. Pierrot me passe le technicien qui me guide dans les menus de la Panamerica et après quelques vérifications puis suppression des codes d’erreur je peux repartir. Merci à Borie pour leur disponibilité et efficacité !

Un petit arrêt et j’appelle Pascal, t’as de quoi m’héberger ce soir ? J’arrive !!!

Les belles routes des Landes me conduisent chez mon ami et là de nouveau dans une courbe où la gravité m’a par inadvertance fait lourdement peser sur la poignée des gaz la panamerica me rejoue la mise en sécurité. Je reproduit la manœuvre tout en roulant et je termine à la cool les derniers 100 kilomètres pour une soirée entre copains.

Le lendemain on décide avant de partir en Espagne de passer par la concession la plus proche Anglet pour vérifier la bécane… et bien mauvaise idée car le technicien est en mode « je peux regarder ça mercredi…» ah oui on est samedi et on est sanglé pour notre roadtip, merci les gars à plus et bon showroom.

On enquille donc sur l’Espagne et notre point de ralliement avec Laurent. A partir de là cette brave Panamerica voyant qu’elle n’était pas prise au sérieuse par les techniciens Harley ne fera plus l’intéressante malgré des régimes moteurs velus. Un défaut de jeunesse et un rodage un peu rugueux après les 800 km sans doute.

Nous arriverons à nous retrouver en fin d’AM tous les 3 après avoir réservé un hôtel ghost au milieu de nulle part, l’hotel était fermé depuis 3 ans mais on avait une résa sur booking ! La plaisanterie nous aura fait perdre une heure mais pas mal discuter avec les locaux avant de trouver un hôtel près de 100 km plus bas.

Après une bonne nuit on a découvert le désert des Bardenas, endroit magique surtout en Panamerica et moins en cruiser Harley. Merci les potos d’avoir joué le jeu 😉

Un petit food truck à la sortie du désert et voilà un de ces petits moments de grâce d’un roadtrip que l’on aura la chance de vivre plusieurs fois. Des petites places au soleil, une bière et quelques tapas voilà le bonheur 🙂

L’Espagne nous offrira des routes sublimes mais aussi des portions désertiques et droites pour parvenir sur la côte vers Valence. Le film retrace bien la diversité des paysages rencontrés.

 Nous serons récompensés par un temps magnifique, 28 degré et la possibilité de se baigner et désenchaîner sur les cocktails et paella.

Le retour en revanche sera une autre histoire car traverser les pyrénéens côté Espagne est une super ballade mais côté français avec 6 degré, la flotte, une route en lacets, une succession de tunnels sera assez éprouvante et d’ailleurs j’y chopperai une bonne crève !

Le dernier jour nous verra faire halte dans le home sweet home de Laurent et le lendemain un retour plein pot de 700 km.

Ce roadtrip m’aura permis de découvrir toutes les facettes de cette moto hors-mis le hors-piste sérieux et me rendre la Panamerica encore plus attachante. Cette moto est à la fois sure et amusante. La partie cycle, le freinage sont à la hauteur du moteur et permettent des cadences que le reste de la gamme Harley ne peut soutenir (je vais me faire des amis…). Le confort est surprenant, je n’ai jamais eu mal aux cul ou au dos malgré des étapes de plus de 800 km parfois.

Je n’ai plus eu d’erreurs de diagnostic affiché sur l’écran de contrôle ni de problèmes mécaniques ou électroniques. L’autonomie est remarquable avec près de 350 km et même plus si on est joueur.

La Panamerica est une superbe moto polyvalente qui est faite aussi pour le voyage en s’adaptant à pour ainsi dire toutes les conditions.

La selle duo m’a permis de mettre à la place du passager le sac de selle #SwMotech qui m’a éviter les galères habituelles d’un paquetage en mode gitan.

Seul gros hic le système de navigation est largement perfectible mais à sa décharge j’avais oublié de télécharger sur l’appli les cartes de France et d’Espagne pour ne pas être soumis aux soucis de connexion.

Enfin un roadtrip c’est peut-être une bécane, une météo, des routes mais pour moi c’est surtout mes potes et l’amitié fut au rendez vous comme le plaisir de se retrouver enfin. See you soon my friends 🙂


Test de la Sacoche de selle PRO Travelbag de SW Motech

Dans mes réflexions sur comment bien préparer mon roadtrip de près de 3000 km et 6 jours j’ai assez vite cogité sur comment emporter mes affaires pour une semaine et sans que ce soit une galère chaque jour pour fixer la sacoche sur la moto.

Certains optent pour valises et top case en aluminium mais pour ma part je préfère une solution plus souple qui permet de rouler avec sa moto tous les jours sans rien et adapter en deux minutes une sacoche pour partir en voyage.

J’avais auparavant un sac en mode boudin noir étanche. Simple, pas cher et parfait pour 1  ou 2 jours au-delà c’est la cata. Tes fringues se mélangent chaque jour t’es obligé de vider ton sac, quand tu le remets sur ta bécane il faut équilibrer pour que ça ne penche pas trop d’un côté mais de toute façon ça finit en mode grosse nouille adepte du bondage….

Après avoir exposé mon idée à Julien de Sw Motech il m’a conseillé la Sacoche de selle PRO Travelbag. La sacoche est impressionnante dans ses finitions et qualité et elle est semi rigide (je vous épargne les allusions graveleuses).


Révolution pour moi qu’on surnomme le gitan vu la gueule de ma moto chargée, là paquetage nickel, c’est propre, la classe à Dallas !

Tu peux bien répartir tes affaires en les glissant dans le sac étanche fourni avec la sacoche et tout reste en place durant le voyage mais aussi quand tu enlèves la sacoche pour la nuit. Elle a d’ailleurs un double rabat et le dernier jour qui m’a valu une rhino en passant de 29 degré à 8 degré sous la flotte dans les Pyrénées m’a permis de vérifier qu’à l’arrivée tout était sec.  Une poignée te permet de la transporter fingers in the nose.

Ce que j’ai kiffé aussi c’est le système d’attache rapide, fini le tendeur qui risque de te revenir pleine force dans la tronche car tu tires dessus pour trouver un bout pour l’accrocher. Leur concept même pour une truffe comme moi est top de simplicité et praticité (mais euh si c’est français)

Des sangles réglables avec crochet qui viennent se fixer sur des anneaux spécifique prévus sur la sacoche. J’ai fait parfois plus de 750 km dans la journée et RIEN n’a bougé.

Tu arrives à destination en moins de deux minutes tu as ta sacoche en main et tu laisses les sangles pour le lendemain refixer le tout en deux minutes idem. Ah ah Pascal et Laurent mes potes de rides qui s’attendaient au sketch habituel ont été bluffés. Bon je leur ai tout de même réservé d’autres sketch si non je perds mon identité 😉

Pour moi c’est une excellente alternative à la solution de beaucoup de motards de mettre la complète, non pas jambon , œuf, fromage mais valise et top case.

Un truc aussi, fini de passer la jambe par-dessus la moto à moins de s’appeler JCVD bien même avec ma sacoche j’enjambais la moto, alors imagine avec le top case…

Alors est ce que je partirai pour un plus long voyage avec cette sacoche ? Absolument et en la complétant avec les bons accessoires voir une sacoche de réservoir certes très moche mais très utile quand tu as besoin de ta carte bleue, ton téléphone avec GPS…

Maintenant si devais me la jouer à la Laurent Cochet (sur un malentendu hein !) alors oui le passage à des valises rigides en aluminium deviendrait une solution des plus envisageable.

Elle vous intéresse alors voici le lien  https://sw-motech.com/fr/produits/bagagerie/sacoches+de+selle/Sacoches+de+selle+PRO/4052572206775.htm

Pan America Stage en pays Basque avec S.P.A.M

Le groupe facebook consacré à ce nouveau modèle de Harley-Davidson la Pan America a déjà dépassé les 500 membres!

Parmi eux pas mal de futurs propriétaires peu habitués à un trail et un moteur de près de 150 chevaux

Alors nous avons eu l’idée de nous associer à Manu de SPAM pour organiser une prise en main plus sereine de cette moto en combinant sur une journée le maniement et évolutions à basse vitesse puis l’après-midi une belle randonnée viroleuse durant laquelle Manu prodiguera ses conseils pour appliquer les enseignements du matin.

Cet événement c’est aussi l’idée de réunir pour une première fois les heureux propriétaires de Pan America en France, Belgique et d’ailleurs pourquoi-pas 🙂

Pour un séjour de deux nuits d’hôtel en demie-pension et le stage comptez 300 € en prix spécial de lancement de SPAM et bien sur sans les boissons !!!!

Stage prévu premier WE d’octobre et nuits de vendredi et samedi dans les Landes près de Dax là où on mange et on boit bien ce qui explique la demie-pension pour raison de sécurité;-)


Vous pouvez me contacter vincent @broaam.fr ou Manu directement si vous êtes interessés secu.perf.aisance.maitrise@gmail.com

Enfin la page pour s’inscrire directement et on limitera à 12 Pan America 🙂
https://fb.me/e/UHSVWfDR